Boeing et la NASA vont enquêter sur l’échec du CST-Starliner

Le 20 décembre 2019, la capsule CST-100 Starliner de Boeing a été lancée depuis le Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis), pour rejoindre la Station Spatiale Internationale (ISS). Si le décollage de la capsule s’est bien déroulé, un problème est survenu en plein vol, ce qui a empêché le CST-100 Starliner de rejoindre l’ISS, qui se trouve à 400 km d’altitude.

Après l’échec de cette mission, Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA, a annoncé que le problème provenait notamment d’une anomalie du système embarqué de chronométrage qui aurait induit le CST-100 Starliner en erreur.

Crédits NASA/Boeing

Après cet incident, la capsule a été envoyée au Kennedy Space Center de l’agence spatiale américaine pour subir des examens qui permettront d’en savoir plus sur l’échec de sa mission.

Une équipe d’investigation indépendante mise en place par la NASA et Boeing

L’agence spatiale américaine a annoncé à travers un billet de blog qu’elle avait mis en place une équipe d’investigation indépendante avec Boeing pour étudier le CST-100 Starliner. La NASA a indiqué que cette équipe enquêterait sur les raisons de l’échec de cette mission pendant deux mois.

La NASA et Boeing ont déjà une idée de ce qui aurait pu mal tourner. Toutefois, ils préfèrent s’en assurer en faisant appel à cette équipe d’investigation qui étudiera toutes les données collectées durant la mission pour déterminer s’il y a d’autres facteurs qui ont pu contribuer à cet échec.

Des résultats qui seront utilisés pour améliorer la capsule

La NASA a indiqué que les résultats de l’enquête qui va être menée par cette équipe seront utilisés pour apporter des modifications à la capsule CST-100 Starliner, afin de l’améliorer pour sa prochaine mission.

La mission habitée réalisée par cette capsule avait pour but de tester ses performances et son système de sécurité. Le CST-100 Starliner avait à son bord un mannequin baptisé « Rosie. » Si le décollage et l’atterrissage se sont bien passés, Boeing devra revoir les capacités d’amarrage de sa capsule. De ce fait, il se pourrait que l’agence spatiale américaine demande à Boeing d’effectuer un deuxième test non habité avant que les astronautes puissent vraiment monter en toute sécurité à bord du CST-100 Starliner.

Boeing devra attendre l’aval de la NASA avant de pouvoir procéder à un test avec des astronautes à bord de sa capsule.

Mots-clés boeingNASA