Bolwoningen, les maisons bulles futuristes

Aux Pays-Bas, il existe des maisons futuristes en forme de boule qui ont été construites en 1984. Jusqu’à aujourd’hui, ces habitats bulleux n’ont pas perdu leur aspect new-age. Conçues par l’architecte Dries Kreijkamp, elles sont situées dans le quartier de Ben Bosh, à Bois-le-Duc (ville natale de Jerôme Bosh), un chef-lieu du Brabant-Septentrional. Baptisées Bolwoningen, les maisons en boule ont été installées au bord d’un lac artificiel.

Ces constructions s’inscrivaient dans le cadre d’un programme d’aménagement expérimental approuvé en 1960 et lancé dix ans plus tard. Elles ont été réalisées en parallèle à un projet similaire. À Rotterdam, un architecte du nom de Piet Blom avait également dessiné des maisons en forme de cube baptisés Kubuswoningen.

Maisons Boules

Jusqu’à aujourd’hui, le quartier de Den Bosh attire toujours l’attention des touristes. Ces derniers publient souvent des images des Bolwoningen via les réseaux sociaux. Par ailleurs, les habitants ont développé une philosophie propre à la cité.

Une cité extraterrestre

La disposition de ces cinquante créations insolites fait penser à une cité extraterrestre. Chacune d’elle mesure 5,5 mètres de diamètre. Elles tiennent au-dessus d’une structure en cylindres. Elles ont été conçues en béton et en fibre de verre.

Aérées par onze fenêtres, ces maisons peuvent abriter deux personnes. Elles sont équipées d’un salon, d’une salle de bain avec toilettes, d’une chambre à coucher et d’une cuisine.

L’idée de Dries Kreijkamp avait néanmoins été vivement critiquée. Dans un article paru dans le magazine Travel+Leisure, ces maisons bulleuses avaient été classées parmi les constructions les plus laides. L’architecte a n’a donc plus été amené à en construire d’autres, faute de commande.

La rondeur est partout

Toutefois, de son vivant, Dries Kreijkamp n’a pas cessé de croire en la pertinence du concept. « Les Esquimaux savaient vraiment ce qu’ils faisaient, avec leurs igloos. Et de même que les tribus africaines qui construisent des huttes rondes en argile », avait-il avancé.

Il avait également soutenu que « la forme du globe est totalement évidente. C’est la forme la plus organique et naturelle possible. » « Après tout, la rondeur est partout : nous vivons sur un globe, nous sommes nés d’un globe », avait-il ajouté.

Enfin, il avait expliqué que « le globe combine le plus grand volume possible avec la plus petite surface possible, de sorte que vous avez besoin d’un minimum de matériau pour cela. C’est peu encombrant, très écologique et presque sans entretien. Dois-je en dire plus ? ».

Maisons Boules 2 Maisons Boules 3

Crédits Images

Mots-clés insolite