Bonne année à tous (avec un peu d’avance)

Et voilà, 2011 tire à sa fin et nous allons bientôt changer d’année. Comme tous les ans à la même date, vous avez sans doute vu passer pas mal de rétrospectives alors je vais m’abstenir d’en rajouter une couche. De toute façon, vous devez déjà connaître les évènements marquants de cette année, non ? Bref, plutôt que de vous faire une longue liste de tous les sujets qui ont marqué les esprits ces douze derniers mois, je vais me contenter de vous présenter mes voeux et de vous souhaiter le meilleur pour l’année prochaine parce que vous le méritez amplement.

En ce moment, c’est vrai, on traverse une période plutôt difficile. Entre la crise économique dont certaines firmes savent se servir avec une habileté surprenante (“c’est pas de notre faute si on licencie 10.000 personnes, c’est parce qu’on est en crise”), nos politiciens qui se cachent derrière pour expliquer tous leurs échecs (“le chômage augmente ? Ah mais on traverse une crise sévère, c’est pour ça”) et les médias qui s’en abreuvent très largement pour alimenter leurs sujets (“aujourd’hui, l’histoire surprenante de Maurice, un retraité qui a du vendre tous ses organes en double pour parvenir à faire face à la dernière hausse EDF”), on s’en bouffe tous les jours et ce n’est pas forcément super motivant. Alors c’est vrai, le contexte économique n’est pas facile, mais je pense qu’il est peut-être préférable de mettre ça de côté et d’essayer de positiver un peu. Contrairement à ce que l’on nous rabâche à longueur de temps, la crise n’est pas la même pour tout le monde, loin de là même.

Enfin passons, on va laisser la crise derrière nous et ce au moins pour ces prochaines heures. Car en effet, l’heure est à la fête et j’espère sincèrement que 2012 vous comblera de bonheur, et ce aussi bien sur le plan privé que professionnel. J’en profite évidemment pour vous remercier tous d’être sans cesse plus nombreux à passer ici. Parce que mine de rien, quand on y réfléchit un peu, si vous n’étiez pas là, ma vie ne serait vraiment pas pareille.

Bref, merci les amis et on se retrouve très très vite, évidemment.

Ah et si vous prenez la voiture ce soir, faites gaffe surtout !