Bonne nouvelle pour la biodiversité, 71 nouvelles espèces animales et végétales ont été découvertes en 2019

La Terre est constituée de plusieurs types d’environnements abritant de nombreux spécimens qui sont autant de preuves de la richesse de la vie. Et malgré les nombreuses découvertes de nouvelles espèces qui ont émaillé l’histoire de la zoologie et de la botanique, il reste encore toute une myriade d’espèces qui restent à trouver.

Heureusement, car au rythme où les activités humaines détruisent de nombreux habitats naturels dans tous les coins du globe, bon nombre d’espèces auront déjà disparu bien avant qu’on ait eu une chance de les connaître. En tout cas, cette année, des chercheurs ont mis la main sur plusieurs dizaines de nouvelles espèces animales et végétales confondues.

Crédits Pixabay

En effet, 71 nouveaux spécimens d’animaux et de végétaux ont été découverts en 2019. Des découvertes n’ont pas été faciles, car les chercheurs ont dû explorer des coins reculés dans la jungle ou encore plonger dans des eaux très profondes pour mettre la main dessus.

L’essentiel à retenir par rapport à ces 71  nouvelles espèces

Il est communément admis que la richesse du vivant aide à maintenir l’équilibre de l’écosystème dans lequel ils vivent. Ils y jouent en effet des rôles importants même si on ne le ressent pas directement dans notre vie quotidienne.

D’après les recherches menées en 2019, 71 nouvelles espèces ont donc été découvertes, parmi lesquelles on peut distinguer 17 poissons, 15 geckos, 8 plantes à fleurs, 6 limaces de mer, 5 arachnides, 4 anguilles, 3 fourmis, 3 scinques, 2 raies, 2 guêpes, 2 mousses, 2 coraux et 2 lézards. Faites le compte.

Bien évidemment, ces plantes et ces animaux ont leurs propres caractéristiques. Certains d’entre eux sont endémiques, d’autres se différencient par leur morphologie ou encore par leurs habitudes alimentaires.

Il reste encore beaucoup d’espèces à trouver sur Terre

Ces dizaines d’espèces viendront donc se rajouter au long répertoire de spécimens vivant sur Terre. Et nomenclature oblige, à chaque nouvelle espèce sera attribué un nom qui la différencie d’autres espèces, tiré soit d’une caractéristique particulière, soit de l’endroit où elle a été découverte, dans la majorité des cas.

Parmi ces nouvelles espèces, on trouvera ainsi chez les végétaux le Trembleya altoparaisensis (Brésil) ou le Gravesia serratifolia (Madagascar). Pour les animaux, il y a par exemple un arachnide adepte des anfractuosités, le Lola konavoka et une espèce de poissons nommée Cirrhilabrus wakanda (oui, en honneur à la patrie du Black Panther !).

Pour ce millésime 2019, il faut savoir que ce sont les scientifiques de la California Academy of Sciences qui sont à l’origine de ces 71 espèces nouvellement découvertes.