La CNIL sort son bilan d’activité de 2019

Mardi dernier, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a publié son quarantième rapport d’activités. Le bilan de 2019 indique que l’autorité administrative indépendante française a reçu 14 137 plaintes au cours de l’année dernière contre 11 077 en 2018. La mise en place du Règlement général sur la protection des données (RGPD) est sans doute à l’origine de cette hausse de 27%.

En l’espace de 12 mois, la CNIL a atteint un record de 8 millions de visiteurs sur son site web. Le service de renseignement juridique par téléphone de la commission a en outre pu traiter 145 913 appels téléphoniques, soit 400 par jour, sans compter les 17 302 requêtes reçues par voie électronique.

Crédits: Pixabay

Au vu des chiffres partagés par la CNIL, il va sans dire que la collecte et l’utilisation des données personnelles suscitent de plus en plus d’intérêt en France.

Les motifs des plaintes

Entre autres motifs de plainte, la violation les défauts de sécurisation des données étaient la plus récurrente. La CNIL a d’ailleurs enregistré 2 287 doléances à cet égard. 14% des plaintes stipulaient les indignations provoquées par la prospection commerciale, associative, politique reçue dans les boîtes aux lettres, par e-mail et par téléphone.

Un bon nombre de personnes se sont également plaintes auprès de la commission après avoir vu des informations leur concernant fuitées sur internet. Le non-respect de la vie privée sur le lieu de travail a pour sa part généré 10,7% de plaintes l’année passée. Enfin, 422 personnes ont manifesté leur récrimination auprès de la CNIL pour cause de déréférencement.

À lire aussi : RGPD, tout ce qu’il vaut savoir pour mettre son site en règle

Les mesures prises par la CNIL

Il convient de noter que les missions de la CNIL ne se résument pas à la réception des plaintes. L’autorité a aussi le pouvoir de faire des contrôles et de sanctionner ceux qui ne respectent pas la loi et portent atteint à la vie privée et la liberté d’autrui.

À ce titre, 300 contrôles dont 169 sur place, 53 en ligne, 45 sur pièce, 18 auditions ont été effectués en 2019. En plus des 42 mises en demeure, l’autorité a aussi prononcé 8 sanctions comprenant 7 amendes de 51 370 000 euros et 5 injonctions sous astreintes.

Pour cette année 2020, la CNIL s’engage d’une part à répondre aux plaintes individuelles et collectives. De l’autre part, la commission se propose d’accompagner les acteurs œuvrant dans l’industrie du marketing digital pour que ces derniers puissent se conformer aux règles stipulées par le RGPD.

À lire aussi : Une grand mère condamnée pour avoir mis des photos de ses petits enfants sur Facebook

Mots-clés cnilrgpd