Bootloop du Nexus 6P : Google et Huawei font face à un recours collectif

Le Nexus 6P a beau être un terminal relativement ancien (son lancement remonte à l’automne 2015), il n’en reste pas moins au cœur de l’actualité pour Google et Huawei. Les deux sociétés sont en effet poursuivies en justice depuis plus d’un an pour certains problèmes que le terminal (construit par Huawei pour le compte de la firme de Mountain View) rencontrait – et notamment le fameux “Bootloop“, également nommé “redémarrage en boucle” dans la langue de molière.

Un problème auquel LG a également dû faire face et qui lui a d’ailleurs valu un procès en janvier dernier. Mais si nous parlons aujourd’hui du Nexus 6P, c’est parce qu’il y a du neuf du côté des tribunaux… et les dernières nouvelles ne vont pas vraiment dans le sens des deux géants de la Tech.

Les problèmes de redémarrages en boucle du Nexus 6P pourraient coûter cher à Google et Huawei, qui se voient à présent attaqués en justice au travers d’un recours collectif.

C’est en effet ce que nous apprenons de 9to5Google, qui a suivi l’affaire. Le média rapporte que, pour l’heure, les premières décisions du juge chargé d’instruire l’affaire ne sont pas à l’avantage du tandem Google / Huawei ; et qu’un recours collectif vient d’être parallèlement entrepris à l’encontre de la firme californienne.

15 clients mécontents engagés dans un recours collectif contre Google

Trois points sont à retenir des décisions de justice énoncées cette semaine. Premièrement, le juge a estimé que les motions de Google et Huawei visant à débouter les poursuites à leur encontre, et l’affaire en elle-même, n’étaient pas valides. L’instruction poursuivra donc son cours normal. Deuxièmement, les attaques portant sur la “garantie expresse ou implicite” sont maintenues contre Huawei. Enfin, et troisièmement, une action collective est engagée contre Google par 15 plaignants qui ont été nommés. Elle devrait prendre forme en juin prochain.

À noter toutefois que plusieurs plaintes portant essentiellement sur des allégations de fraude et d’enrichissement injustifié ont été rejetées par le tribunal. Les plaignants sont cependant autorisés à faire appel.

Comme le rappelle 9to5Google, Google et Huawei sont accusés d’avoir commercialisé le Nexus 6P en ayant eu pleine connaissance de certains problèmes que leur mobile rencontrait. Outre les soucis de redémarrages en boucle, le Nexus 6P avait tendance à s’éteindre tout seul (en dépit d’une batterie chargée à 50%). Le terminal – ou plutôt sa batterie – était également pointé du doigt pour se décharger de manière anormale.