Botswana : Le gouvernement affirme que l’autorisation de la chasse aux éléphants n’a aucune répercussion sur l’industrie du tourisme

Il n’y a pas longtemps, le Botswana a annoncé que la chasse à l’éléphant sera bientôt de nouveau autorisée sur son territoire. Selon les explications, cette décision aurait été prise afin de protéger les citoyens des pachydermes qui sont devenus trop nombreux au Botswana.

Suite à cela, le gouvernement du pays a essuyé de nombreuses critiques selon lesquelles la reprise de la chasse à l’éléphant aurait des répercussions sur le secteur touristique au pays.

Crédits Pixabay

L’industrie du tourisme est estimée à 2 milliards de dollars au Botswana. D’après Joy Kenewendo, ministre des Investissements, du Commerce et de l’Industrie, la réintroduction de la chasse à l’éléphant était nécessaire et n’a pas du tout nui à l’industrie du tourisme.

Une décision condamnée par de nombreuses parties

Actuellement, environ 130 000 éléphants vivent sur le territoire botswanais. Le pays possède le plus grand nombre d’éléphants au monde.

Selon Kenewendo, il est important pour le gouvernement de protéger sa population tout en garantissant un équilibre de l’écosystème. D’après elle, les conflits entre l’homme et la faune sauvage ont atteint des « proportions épidémiques » au Botswana.

Les statistiques montrent en effet que depuis 2014, 50 personnes ont été tuées par des éléphants sur le territoire et des centaines de cas de destruction de cultures et de biens matériels ont été rapportés.

Même si le gouvernement pense avoir bien fait, de nombreuses parties telles que les organismes œuvrant pour la défense de la nature condamnent la décision. D’autre part, Ian Khama, l’ancien président, a formé un parti rival depuis la sortie de la loi en mai dernier.

Avec la réouverture de la chasse à l’éléphant, le président actuel du Botswana, Mokgweetsi Masisi, compte obtenir le soutien des communautés rurales lors des élections qui se dérouleront la semaine du 23 octobre prochain.

La chasse aux trophées pour réduire le nombre d’éléphants

Dans le pays, le tourisme se présente surtout sous forme de safaris photographiques, et constitue le cinquième de l’économie du Botswana.

Les régions d’Okavango et de Chobe sont les plus visitées. D’après Kenewendo, lorsqu’ils discutent avec les touristes en visite au Botswana, ces derniers comprennent les décisions prises par le gouvernement. « En conséquence, notre tourisme n’a pas vraiment changé » a-t-elle déclaré.

Kenewendo a aussi indiqué que le tiers du territoire du Botswana, qui est consacré à la conservation, n’est pas suffisant pour accueillir et héberger le nombre croissant d’éléphants. Ainsi, le gouvernement a décidé d’autoriser l’abattage de 158 éléphants au cours de la chasse aux trophées qui se déroulera en 2020.

Elle a cependant déclaré que la conservation faisait partie de la tradition au pays et qu’il était important d’essayer de trouver un équilibre entre les humains et les animaux, vu qu’ils doivent partager la terre et les ressources.