Bouygues Telecom va mettre le paquet sur l’internet des objets

Bouygues Telecom mise beaucoup sur les objets connectés. Toutes les études lui donnent raison. Le marché devrait effectivement prendre beaucoup d’importance au fil de ces prochaines années.

Plusieurs questions restent cependant en suspens. A terme, comment vont-ils faire pour communiquer ensemble ? Les réseaux télécoms traditionnels suffiront-ils ? Non, et c’est précisément ce qui a poussé l’opérateur à se lancer dans le développement d’une nouvelle solution baptisée “LoRa”. Une solution qui vient concurrencer celle de Sigfox.

Bouygues IoT

Bouygues Telecom va mettre l’accent sur l’internet des objets.

A la base, cette technologie a été développée par une start-up située à Grenoble, soit Cycleo. Elle a depuis été rachetée par Semtech, avant de donner naissance à une alliance constituée de plusieurs firmes. Bouygues Telecom fait partie de la liste, bien sûr, mais c’est aussi le cas de Sagemcom, de Kerlink et de Eolane.

Une technologie qui ne manque pas d’atouts

LoRa a un fonctionnement assez particulier. La technologie s’appuie effectivement sur des fréquences qui ne sont pas soumises au paiement d’une quelconque redevance.

Mais ce n’est pas son seul avantage. Loin de là car elle a aussi un rayon d’action très important, et elle est même capable de couvrir l’intérieur de nos bâtiments. En d’autres termes, par son entremise, un thermostat connecté situé dans la cave d’une maison serait tout à fait en mesure de communiquer avec les serveurs de son constructeur en s’appuyant sur ce réseau.

Les puces utilisées par LoRa consomment peu d’électricité. Grâce à cette technologie, certains objets connectés peu communicants pourront atteindre une autonomie de dix ans. Et si on ajoute à cela des coûts de communication réduit, on obtient un produit très prometteur, et qui attire l’intention de tous les géants du secteur de la télécommunication.

D’après Franck Moine, directeur M2M chez Bouygues Telecom, plus de 500 villes seront couvertes par le réseau avant la fin de l’année. Plusieurs acteurs européens ont aussi manifesté leur intérêt pour la solution. C’est notamment le cas de Belgacom, de Swisscom et de KPN.

La ville intelligente va pouvoir prendre vie.

Mots-clés bouygues telecom