Voilà pourquoi Bouygues Telecom va devoir retirer les antennes de Huawei

Bouygues Telecom va procéder au retrait de près de 3000 antennes Huawei installées dans les zones urbaines. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre Olivier Roussat lors d’une conférence téléphonique.

Mauvaise nouvelle pour Huawei. Déjà victime d’une répression aux États-Unis, la firme chinoise va devoir revoir à la baisse ses prévisions de ventes d’équipements réseau en France. Lors d’une conférence téléphonique avec Martin Bouygues, Olivier Roussat, directeur général adjoint du groupe Bouygues, a annoncé le retrait de 3000 antennes Huawei dans les zones à forte densité de population.

Photo de Maxwell Fury – Pixabay.com

Sachant que l’opérateur compte actuellement environ 21.500 antennes installées dans toute la France, cette décision concerne donc près de 13 % de ses infrastructures hertziennes. « C’est un démontage qui va se traiter sur une période de huit ans », a expliqué le haut responsable tout en assurant que les conséquences sur les résultats opérationnels du groupe devraient être « assez raisonnables ». Malgré cela, des négociations avec l’État seraient déjà en cours en vue d’une éventuelle compensation financière.

Effectivement, les milliers d’antennes ciblées par cette mesure seront retirées au fur et à mesure d’ici 2028.

Une demande de l’État

Si l’opérateur français a pris une telle décision, c’est parce que l’État lui a demandé de le faire. D’après les explications de Bouygues Telecom, les autorités veulent s’assurer de la sécurité du futur réseau 5G.

Dans le viseur de l’administration Trump, Huawei est soupçonnée d’espionnage au profit du gouvernement chinois. Un soupçon qui a amené les États-Unis à demander aux pays alliés de renoncer à utiliser les équipements réseau de la firme.

En raison de cette pression exercée par les Américains, l’agence nationale chargée de la sécurité informatique en France a déclaré il y a environ un mois vouloir mettre en place des restrictions d’autorisation d’exploitation à l’encontre des opérateurs français partenaires du géant chinois.

Pas d’antennes 5G Huawei dans les zones stratégiques

Certes, la mesure adoptée par Bouygues Telecom concerne en général les zones très denses en population, mais cible en particulier les endroits qui comportent des installations stratégiques pour la France.

Ainsi, le FAI ne pourra plus utiliser des antennes Huawei à Brest où il y a un port militaire ainsi qu’une base de sous-marins nucléaires. Idem à Toulouse, le siège d’Airbus, et à Rennes où il y a des infrastructures liées à la cybersécurité.