Box-office France : “Adieu Les Cons”, on ne se reverra pas de sitôt

Sur la semaine du 21 au 27 octobre 2020, Adieu Les Cons s’est imposé au sommet du box-office français. Au vu du récent reconfinement annoncé par le gouvernement, il devrait être l’une des dernières performances de l’année au cinéma.

Pour une fois depuis le premier déconfinement, il va être question dans ces lignes de comparer le lancement d’un film avec celui réalisé par le précédent long-métrage du réalisateur. En tête de ce nouveau box-office vient donc se poser Adieu Les Cons d’Albert Dupontel, comédie, mais pas que faisant se rencontrer une femme en quête d’un fils abandonné, un salarié au bout du rouleau et un archiviste aveugle ayant au contraire de l’enthousiasme à revendre.

Avec 600 444 premiers spectateurs au compteur (chiffres JP’s Box-Office), Adieu Les Cons signe un départ plus grand que celui du précédent Dupontel, Au-revoir là-haut (2017). Lequel avait tout de même démarré à 550 185 entrées pour terminer au-dessus de la barre des deux millions.

“Miss” : pas de podium, mais la couronne

Il serait injuste de ne pas également mettre l’accent sur le score réalisé par 30 jours max, qui perd certes une place, mais qui gagne 515 328 spectateurs supplémentaires par rapport à la semaine passée, ce qui lui permet d’atteindre le million en deux semaines.

Les Trolls 2 – Tournée mondiale (3e) s’approche de ce cap avec ses 469 045 nouvelles entrées additionnées à ses 419 574 premières. Les deux films suivants, tous inédits, font également dans le divertissement familial. À commencer par Poly (4e), adaptation sur grand écran du feuilleton des années 1960 où la petite Cécile (Élisa de Lambert) fait la rencontre de Poly, un poney maltraité. 458 929 personnes se sont rendues aux premières séances.

À la cinquième place, on trouve Petit Vampire, film d’animation français de Joann Sfar qui a même prêté sa voix à l’un des personnages. Le réalisateur, à qui l’on doit La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil (2015) et Le Chat du rabbin (2011, avec Antoine Delesvaux), est parvenu ici à attirer 155 496 spectateurs dans les salles.

Terminons avec Miss, comédie de Ruben Alves où Alexandre Wetter campe un personnage masculin souhaitant, depuis son enfance, devenir Miss France. 113 727 spectateurs (6e) ont été réunis pour suivre ce parcours, vous le reconnaîtrez, hors du commun.