Box-office France : “Mon Cousin”, piquant juste ce qu’il faut

Sur la semaine du 30 septembre au 6 octobre 2020, c’est une petite révolution qui s’est faite au sommet du box-office français. Après cinq semaines où il apparaissait intouchable, Tenet a ainsi cédé sa place à Mon Cousin, fraîchement arrivé dans les salles.

Avec un peu plus de deux millions de spectateurs totalisés en France en l’espace de cinq semaines, Tenet a fait tout son possible pour redonner des couleurs au milieu du cinéma. Lui demander une sixième semaine en tête du box-office aurait donc témoigné d’une certaine naïveté, même s’il n’était pas acquis qu’au moins une autre production sache le déloger de son siège de leader.

Puisque l’on parle de lui, entrons dans le détail : Tenet chute donc à la troisième place avec 139 499 nouvelles entrées au compteur (chiffres JP’s Box-Office). Juste devant lui se trouve Antoinette dans les Cévennes, solidement accrochée à la deuxième place pour sa troisième semaine d’exploitation (153 315).

Les goûts et les douleurs

Après Dobermann, 99 francs et, en 2013, le téléfilm Le Vol des cigognes, le réalisateur Jan Kounen signe Mon Cousin, comédie française réunissant Vincent Lindon et François Damiens en têtes d’affiche. Pierre (Vincent Lindon) est PDG d’une société détenue à 50% par son cousin Adrien (François Damiens), son opposé. Cousin que Pierre va devoir retrouver, car la signature d’Adrien lui permettra de conclure une affaire très importante pour sa carrière. Et comme le film dure plus de 100 minutes, vous vous doutez bien cette signature ne va pas se dérouler comme prévu… si tant est qu’elle ait lieu. Avec 205 217 entrées réalisées sur ses sept premiers jours, Mon Cousin s’impose comme la meilleure performance de la semaine.

Classé cinquième avec 61 028 premiers spectateurs, Josep est un film d’animation du dessinateur Aurel racontant l’histoire de deux hommes sous la dictature franquiste. À noter que le combattant Josep Bartolí a réellement existé.

C’est un documentaire que l’on retrouve à la neuvième place du top pour sa première apparition. Dans Un pays qui se tient sage (41 487), David Dufresne a mis en boîte plusieurs dizaines de minutes d’images de contestations, de répressions et de réflexions sur un paysage français qu’il n’est pas toujours évident de saisir à chaud.