Box-office France : “The Equalizer 2” échoue à faire match nul avec “Mission Impossible – Fallout”

Troisième semaine de suite au sommet du box-office français pour Mission: Impossible – Fallout, qui dépasse au passage les deux millions d’entrées cumulées. Même en gonflant légèrement ses chiffres par rapport au premier volet, The Equalizer 2 démarre en bon second.

On omet peut-être trop souvent de le dire : notre principal ennemi reste nous-même. Il est tentant, pour ne pas dire facile, de jouer le jeu des comparaisons avec autrui, mais quand il est question d’apprécier le succès d’un film en salles, il convient en premier lieu de s’interroger sur sa performance par rapport à ce qu’il propose et ce qu’il a déjà pu démontrer.

Popcorn Time : image 1

Dans le cas de Mission: Impossible – Fallout, que les spectateurs français peuvent aller voir depuis le 1er août dernier, un œil peu attentif minimisera sa première place dans le classement présent. Celle-ci n’est ainsi séparée de la seconde que d’un peu plus de 80.000 entrées. Mais rappelons, s’il en est besoin, que ce nouveau Mission: Impossible est présent au top pour la troisième semaine consécutive et qu’il fait même mieux que le précédent volet (Rogue Nation) au même stade (qui accueillait alors 395.388 spectateurs contre 441.526 pour Fallout, chiffres JP’s Box-office).

Pour sa 3e semaine au box-office France, Mission Impossible Fallout fait mieux que Rogue Nation

On saluera d’ailleurs The Equalizer 2 pour avoir mieux débuté que le premier film. Sorti le 1er octobre 2014 dans l’Hexagone, The Equalizer y avait ainsi attiré 315.099 spectateurs alors que 359.680 se sont rués sur sa suite. Derrière, deux paliers notables ont été franchis : en accumulant 292.899 et 207.039 entrées supplémentaires, Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses et Les Indestructibles 3 ont passé la barre, respectivement, des deux et cinq millions de spectateurs.

Seconde entrée du classement couvrant la période du 15 au 21 août 2018, Le Monde est à toi démarre à 155.104 entrées. Ce second film de Romain Gavras, qui se paie le luxe de réunir notamment Isabelle Adjani et Vincent Cassel, apparaît sensiblement mieux accueilli que sa première réalisation, Notre jour viendra (également avec Vincent Cassel) qui avait ainsi achevé son exploitation sous les 35.000 spectateurs.

Enfilons maintenant nos tissus et nos faux ongles et posons-nous devant notre boule de cristal pour pressentir qu’avec 45.413 spectateurs rassemblés en première semaine, le remake de Papillon signé Michael Noer a peu de chances d’atteindre l’original de 1973 et ses presque quatre millions d’entrées.