Box-office France : “Yakari” au galop, “Toto” a bien ri

Sur la semaine du 12 au 18 août 2020, la tête du box-office français reste occupée par Les Blagues de Toto. Au loin, mais pas tant que ça, Yakari, le film signe des débuts encourageants pour la toute première adaptation au cinéma de la bande dessinée.

Directement entrées à la première place du classement la semaine passée, Les Blagues de Toto continue de faire rire un public notable puisque, grâce à ses 263 107 spectateurs (chiffres JP’s Box-Office), il reste vissé dans son fauteuil de leader.

Pas de changement non plus pour le résident de la deuxième place, qui est ainsi toujours Greenland – Le Dernier Refuge (158 172), un film laissant vaguement espérer une porte de salut à aller chercher du côté de l’écologie.

Des histoires de fortes lumières

L’une des trois arrivées de ce top 20, et la mieux classée, vient s’installer sur la troisième marche du podium. Il s’agit de Yakari, le film (82 379), un nom qui parlera certainement davantage à un public de quinquagénaires et sexagénaires, si ce n’est davantage. Yakari est ainsi, à l’origine, une bande dessinée créée en 1969 par Job, Derib et Dominique.

Dans des propos rapportés par AlloCiné, son réalisateur Xavier Giacometti évoque les difficultés ressenties au moment de changer la direction à emprunter. Il a finalement été décidé d’adapter librement le premier album du petit sioux, Yakari et Grand Aigle : “J’ai essayé plusieurs versions du scénario, mais j’étais dans une impasse, car je voulais emmener Yakari dans des aventures qui ne lui ressemblaient pas complètement. Les échanges avec l’équipe ont été déterminants.”

Sixième, Light of my life (56 109) est un drame américain de et avec Casey Affleck où un père de famille (Casey Affleck) s’efforce de protéger sa fille unique Rag (Anna Pniowsky) dans un monde où la population féminine n’est plus.

Au neuvième rang, on trouve Voir le jour (42 534), comédie dramatique française de Marion Laine dont l’action prend place dans une maternité de Marseille. Jeanne (Sandrine Bonnaire), auxiliaire, doit composer avec la dureté et les pressions de son métier, mais aussi avec un choix de vie que va lui imposer sa fille Zoé (Lucie Fagedet). À noter que l’année dernière, France 2 avait diffusé un téléfilm de la réalisatrice, Ce soir-là et les jours d’après, centré sur les attentas du 13 novembre 2015 et certaines de ses conséquences.