Bridage : Apple et Samsung épinglés par l’Italie

Apple se trouve actuellement dans la tourmente. Le 5 janvier 2018, la France a ouvert une enquête préliminaire visant la firme de Tim Cook suite à une plainte déposée le 27 décembre 2017 par l’association Halte à l’Obsolescence Programmée ou HOP. On accuse le géant américain de brider volontairement ses anciens modèles d’iPhone pour inciter les consommateurs à acheter de nouveaux et récents smartphones de la marque.

Après la France, c’est aujourd’hui au tour de l’Italie d’ouvrir une enquête contre Apple pour obsolescence programmée. Si en France, Samsung a échappé à l’investigation, ce ne sera pas le cas cette fois-ci. Les autorités italiennes comptent également mener une enquête préliminaire à l’encontre du géant coréen.

Ces deux enquêtes seront réalisées séparément en collaboration avec une unité spéciale des finances. L’objectif est de déceler s’il y a des faits avérés d’obsolescence programmée de la part des deux firmes.

Violation des droits des consommateurs

De nombreux éléments techniques prouvant le bridage des smartphones de la marque Apple ont fait surface récemment aux États-Unis. Face à ces éléments, la firme de Cupertino a été contrainte d’avouer les faits qui lui ont été imputés et a présenté des excuses à ses consommateurs.

Pour expliquer la mise en place de cette fonction, le géant américain avait indiqué qu’il ralentissait les anciens modèles d’iPhone pour économiser leur batterie. Pour s’attirer les grâces de ses consommateurs, la firme avait alors proposé de remplacer les batteries des anciens smartphones pour une somme moindre.

Cela n’a pas empêché la France d’ouvrir une enquête visant Apple.

Samsung n’est pas en sécurité

Au moment où cette affaire a éclaboussé la réputation d’Apple, Samsung a sauté sur l’occasion pour redorer son image en affirmant qu’il ne pratiquait pas ce genre de méthodes.

Cette situation est une aubaine pour la firme coréenne qui a été accusée de pratiques commerciales trompeuses par deux ONG un peu plus tôt dans l’année.

Toutefois, si Samsung a échappé au radar français, il n’en sera pas de même en Italie. Pour l’instant, personne ne sait lesquels des smartphones de la marque coréenne pourraient être sujets à l’obsolescence programmée, si du côté d’Apple on parle notamment de l’iPhone 6 et 6S.

Si les accusations émises à l’encontre des deux marques sont vérifiées, elles devront payer de très lourdes amendes.

Mots-clés appleiphone