Quand une erreur de code postal sur Google Maps t’empêche de recevoir ta pizza pendant trois ans

Google Maps a su s’imposer comme un incontournable sur le marché de la cartographie, à un tel point que de nombreux éditeurs et développeurs ne jurent plus que par la solution de Google. Une solution qui n’est pas parfaite cependant et qui peut parfois commettre des erreurs.

Et c’est ainsi qu’un certain Simon Borghs n’a pas reçu de pizza pendant trois ans à cause d’un souci de code postal. Le Guardian revient sur cette incroyable histoire dans un de ses derniers articles.

Image par postcardtrip de Pixabay
Image par postcardtrip de Pixabay 

Tout a commencé par une simple balade en Uber, un soir, alors qu’il voulait simplement rentrer chez lui.

Quand Google Maps change la localisation de ton appartement

Simon Borghs a en effet réalisé que quelque chose n’allait pas lorsque son chauffeur a pris le mauvais virage. Il a tout d’abord cru à une erreur humaine, mais il a très vite réalisé que le problème était bien plus profond.

Par la suite et pendant les trois ans qu’il a passés dans son appartement, Simon n’a en effet jamais pu rentrer directement chez lui, tout comme il n’a jamais pu réceptionner les plats commandés auprès des services de livraison londoniens.

Et tout ça à cause d’un simple problème de code postal dans Google Maps.

Le code en question a très bien fonctionné pendant des années, jusqu’à ce qu’une mise à jour déployée en 2018 ne vienne semer la zizanie. Du jour au lendemain, l’appartement de Simon s’est en effet virtuellement téléporté dans un parc situé à Three Mills Green, et donc à plus de huit cents mètres de chez lui.

A lire aussi : 4 bugs pas tout à fait comme les autres repérés sur Google Maps

Une histoire de code postal et de repère

Pendant des années, donc, tous les livreurs et tous les services de transport se sont ainsi fait avoir en livrant les repas ou en déposant notre infortuné héros dans ce parc. Quand ils ne se perdaient pas. L’accès au parc est en effet interdit aux voitures et de nombreux livreurs finissaient donc dans une impasse ou même, dans certains cas, dans un chantier de construction.

Simon, de son côté, a eu l’idée de contourner le problème en ajoutant des instructions dans les notes de livraison ou même en indiquant une autre adresse non loin de chez lui.

Google Maps s’appuie beaucoup sur le participatif pour enrichir sa base de données de lieux. Les internautes qui le désirent peuvent donc partager des avis sur la solution, ou même faire remonter des bugs. Simon a cependant tenté à plusieurs reprises d’expliquer la situation aux techniciens du service, sans succès malheureusement. Tous les tickets ouverts par ses soins ont été fermés sans réponse de la part de Google.

De même pour les nombreux messages postés sur les forums de la solution, qui sont restés sans réponses.

A lire aussi : 5 choses pas ordinaires aperçues sur Google Maps

Un bug qui a tardé à être corrigé

Puis, l’Observer a pris contact avec l’entreprise pour lui parler de ce problème de code postal. Le changement a été effectué en vingt-quatre heures et Simon a donc pu retrouver son adresse.

Contacté par le Guardian, Google ne s’est pas exprimé sur les problèmes rencontrés par Simon et la firme s’est simplement contentée d’expliquer qu’elle mettait tout en oeuvre pour fournir les cartes les plus précises possible et corriger les erreurs lorsqu’elles apparaissent.

Simon, de son côté, ne voit pas les choses tout à fait de la même manière. Il a ainsi confié à nos confrères que cette mésaventure lui avait fait prendre conscience que nous étions désormais tous dépendant de l’exactitude des informations avancées par ces services. Et que ce n’était pas forcément une bonne chose.

De notre côté, en revanche, nous ne faisons pas le même constat. Par le passé, nous avons en effet pu constater de nombreux bugs sur Google Maps, Google Earth ou Google Street View, mais ces derniers ont toujours été corrigés après que nous ayons fait remonter l’information à Google.

Mots-clés googlegoogle maps