Bureau 39, le réseau secret de la Corée du Nord

Pendant longtemps, les gens se sont demandé comment la Corée du Nord finançait son train de vie. Depuis qu’il a été sanctionné par l’ONU en 2006, le régime communiste fait l’objet de nombreuses restrictions. On sait par exemple qu’il lui est interdit de faire des transactions avec des devises étrangères. En dépit de cela, la Corée du Nord continue de trouver des fonds pour financer son programme nucléaire.

Mais d’où lui vient alors tout cet argent ? Eh bien, la réponse se trouve au sein du Bureau 39. Il s’agit d’un réseau qui a longtemps été tenu secret et qui finance toutes les dépenses du régime communiste. Son existence a été révélée au grand jour en 2007 à la suite d’une fuite de données numériques.

Une photo de la Corée du Nord
Crédits Pixabay

On sait grâce à ces données que le Bureau 39 exerce de nombreuses activités illégales pour se remplir les poches.

La banque de Kim Jong Un

Le Bureau 39 a été créé en 1974 par Kim Jong-il et Kim Il-Sung, le père et le grand-père de Kim Jong-Un. D’après les rumeurs, cette administration aurait été baptisée ainsi parce qu’elle se trouvait au Département des finances du Comité central du Parti des travailleurs. Elle aurait été hébergée au 3ème étage de la pièce 9 de ce bâtiment. Les données qui ont fuité en 2007 suggèrent que ce réseau secret rapporterait des milliards de dollars au régime communiste chaque année.

David Maxwell, un ancien militaire de l’armée américaine, a déclaré au micro de The Post que la plupart des biens de Kim Jong-Un lui viennent du Bureau 39.

« D’où pensez-vous que Kim obtient ses cognacs, ses Mercedes et ses montres Rolex ? L’argent qui lui permet d’acheter toutes ces choses lui vient du Bureau 39. »

Jason Lee, un transfuge Nord-coréen a confié au The Post, que ce réseau secret était comme une banque pour Kim Jong Un.

Des activités illégales

Le Bureau 39 trempe dans plusieurs activités illégales. On citera notamment la vente d’armes et de contrefaçons, le trafic de drogues, les arnaques à l’assurance, les exportations illégales de textiles et de minerais, mais aussi la traite d’ouvriers.

Grâce à cela, l’administration brasserait des milliards de dollars chaque année. D’après Jason Lee, Kim Jong Un a choisi d’être plus discret ces dernières années pour ne pas attirer l’attention sur ces activités.

« Ça a commencé à attirer beaucoup d’attention et c’était mauvais pour l’image du parti. »