Il a fait fortune avec du venin de scorpions

Les scorpions font partie des animaux les plus craints au monde et à raison puisque toutes les espèces de scorpions sont venimeuses et on répertorie un peu plus de 3.000 décès dus à une piqure de scorpion chaque année, un chiffre qui est cependant sous-estimé selon Wikipédia.

Pourtant, si la majorité des personnes craignent de rencontrer un scorpion et font tout pour les éviter, un jeune égyptien en a fait sa principale source de revenus…et en a fait fortune. Il s’agit de Mohamed Hamdy Boshta, un égyptien de 25 ans qui a quitté ses études en archéologie pour se consacrer à une nouvelle passion : chasser les scorpions dans les déserts et les côtes de l’Egypte.

Crédits Pixabay

Son objectif ? Extraire leurs venins pour ensuite les exporter en Europe et aux Etats-Unis où ils serviront à créer des anti-venins et d’autres médicaments.

Le venin de scorpion, une très bonne affaire

Mohamed Hamdy Boshta est actuellement à la tête de la Cairo Venom Company, un projet qui exploite 80.000 scorpions dans différentes fermes à travers l’Egypte. Le projet compte également une variété de serpents qui sont également conservés pour leur venin.

Quant à la manière d’extraire le venin de ces animaux, Boshta les prélève à l’aide d’une lumière ultra-violette colorée. De plus, les scorpions sont stimulés avec du courant électrique à faible intensité pour accélérer la libération de leur venin. Il faut effectivement savoir qu’un gramme de venins peut produire entre 20.000 et 50.000 doses d’anti-venin. Or, un seul gramme de venin de scorpion peut rapporter 10.000 dollars à Boshta.

Le venin de scorpion, un futur anti-douleur ?

Par ailleurs, si le venin de scorpion se vend aussi bien, c’est parce que d’une part, il est utilisé pour fabriquer des sérums anti-venins ainsi que d’autres médicaments, mais aussi, d’autre part, pour lutter contre des maladies comme l’hypertension.

De plus, des chercheurs de l’université de San Francisco et de l’université de Queensland ont mené une étude sur différents venins de scorpions et sur leurs effets sur les circuits de la douleur du corps humain. Ils ont alors découvert que non seulement le scorpion pouvait nous aider à retrouver la santé, mais aussi que son venin pouvait nous aider à lutter contre les douleurs chroniques et permettre aux professionnels de santé de développer de nouveaux analgésiques non-opioïdes.