On a peut-être retrouvé le butin de l’un des plus grands crimes de l’histoire

Des pièces d’argent ont été découvertes en Nouvelle-Angleterre, aux États-Unis. Celles-ci pourraient faire partie du butin d’un des plus grands crimes de piraterie de l’histoire.

Les chercheurs pensent que ces quelques pièces retrouvées sont d’origine arabe. Le célèbre pirate Henry Every les aurait dérobées. En effet, les preuves suggèrent que l’équipage d’Every utilisait les pièces comme monnaie d’échange dans les colonies américaines vers la fin des années 1690. Le capitaine Every – également connu sous le nom de John Avery – aurait obtenu les pièces d’argent en pillant le Ganj-i-Sawai, dont la traduction française est « trésor débordant ». Le navire revenait d’un pèlerinage de La Mecque. Les récits racontent une bataille ayant duré plusieurs heures avant qu’Every ne prenne le contrôle du bateau.

Crédits Pixabay

Il n’est pas certain que les pièces proviennent exactement du Ganj-i-Sawai. Cependant, leur origine, leurs dates et leur découverte dans une région aussi éloignée suggèrent qu’elles ont été saisies par des pirates. Elles ont ensuite été dépensées dans les Amériques.

Un butin estimé entre 40 et 130 millions de dollars

En 1695, Every, à bord de son, Fancy met le cap sur la mer Rouge dans la perspective d’attaquer les navires revenant de La Mecque. Lui et son équipage ciblent alors le convoi du Grand Mughal Aurangzeb (avec le Ganj-i-Sawai à sa tête). Ce dernier était un empereur musulman de la région comprenant aujourd’hui l’Inde et le Pakistan.

Les détails divergent quelque peu selon les récits historiques. Dans l’ensemble, les pirates auraient torturé et tué l’équipage du navire amiral et ses 600 passagers. Ils auraient ensuite pris la fuite avec des milliers de pièces d’or et d’argent.

La valeur du butin était à l’époque estimée entre 200 000 et 600 000 livres britanniques. Cela représente aujourd’hui 40 à 130 millions de dollars.

Des pièces d’argent frappées au Yémen et en Turquie

Cet acte de piraterie d’envergure mit en danger les intérêts de la Compagnie britannique des Indes orientales. Le roi William III ordonna alors la première chasse à l’homme internationale afin de capturer Every et ses hommes. Ces derniers ont dans le même temps mis le cap sur le Nouveau Monde. Ils vécurent aux Bahamas pendant plusieurs années, avec probablement la complicité du gouverneur britannique des îles, avant de quitter la région en 1696, à l’approche de la Marine royale.

L’analyse de l’écriture arabe présente sur chaque pièce de monnaie suggère que celles-ci ont été frappées au Yémen en 1693. La frappe remonte ainsi à seulement deux années avant l’attaque contre le Ganj-i-Sawai. 13 pièces ont été récemment découvertes en Nouvelle-Angleterre, notamment dans le Rhode Island et le Massachusetts.

Elles comportent l’année de frappe ou le nom des souverains de l’époque. Par ailleurs, deux pièces d’argent turques ottomanes que les chercheurs pensent faire partie du même butin ont été retrouvées dans le Connecticut en 2018.