Cahokia, la ville amérindienne mystérieusement abandonnée

Une ville amérindienne du nom de Cahokia a été abandonnée de façon mystérieuse depuis des siècles avant l’arrivée de Christophe Colomb sur le continent. Pourtant, c’était l’une des plus grandes métropoles qui occupaient la partie orientale des États-Unis entre 1050 et 1350.

Elle était peuplée par des indigènes dont le nombre dépassait largement la population de Londres à la même époque. Récemment, de nouvelles études ont apporté quelques éléments sur cette cité perdue.

Un attrapeur de rêves amérindien

Crédits Pixabay

Les habitants de Cahokia vivaient du commerce, de la culture et de la chasse. En plus d’être d’excellents constructeurs, ils avaient aussi une connaissance relativement approfondie des alignements astronomiques. Ces Mississipiens seraient, essentiellement, issus de tribus amérindiennes telles que les Ofo, les Choctaw, les Pensacola et les Natchez.

Cahokia était une ville sophistiquée, car elle a été bien structurée et aménagée. À l’origine, c’était un lieu de pèlerinage, mais avec le temps, les gens y ont afflué et ont commencé à y résider.

Des troubles sociaux et politiques dus à des sacrifices humains

Il y avait, au total, 120 monticules construits à la main et de grandes places publiques entourées d’une palissade en bois au centre de Cahokia.

Les habitants vivaient à l’extérieur, dans des maisons rectangulaires de 3,6 m de large et 4,5 m de long. La structure n’avait qu’une seule pièce avec des murs en bois et un toit de chaume. L’emplacement des maisons était bien ordonné et elles étaient reliées par des chemins, comme les rues des villes modernes.

Le plus grand monticule, appelé « Monk’s Mound », était le point central de Cahokia. La colline comportait 10 étages et 4 terrasses. Elle couvrait une superficie de 5 ha et mesurait 254 m de large, 290 m de long et 30 m de haut. Les dirigeants spirituels et politiques de la ville s’en servaient pour se réunir du monde et accomplir diverses cérémonies.

Aucune conquête étrangère, ni guerre, ni épidémie n’auraient entraîné le déclin de Cahokia. L’abandon aurait été causé par des conflits internes dus à la pratique de sacrifices humains. Ainsi, des troubles sociaux et politiques auraient obligé les habitants à fuir. Le fait est que les archéologues ont découvert de nombreuses sépultures entassées dans l’un des monticules.

Grâce à une étude des matières fécales humaines

L’histoire de Cahokia a disparu des récits et du folklore amérindiens. Quelques années après son déclin, la ville a déjà été repeuplée et a pris un autre nom. Toutefois, les experts ont réussi à étudier la diversité de sa population en effectuant des tests de strontium.

Les stanols contenus dans l’excrément humain leur ont également permis de déterminer le nombre de personnes qui ont vécu dans une région donnée. En général, ces molécules sont emportées par la pluie, puis stockées dans des bassins et des lacs. Pour aboutir à ces résultats, les scientifiques ont dû examiner les matières fécales humaines prélevées autour du lac Horseshoe.

Mots-clés histoire