Californie : Les utilisateurs ont désormais plus d’emprise sur les entreprises numériques en vertu d’une loi sur la confidentialité numérique

En Californie, un projet de loi sur la confidentialité des données a été adopté en juin 2018 avec une date limite de mise en conformité fixée au 1er janvier 2020. Ce projet de loi, dénommé California Consumer Privacy Act (CCPA) devait ainsi être applicable depuis de début de cette année.

Néanmoins, comme nous le rapporte Reuters, ce n’est que le vendredi 14 août dernier que les réglementations finales sont entrées en vigueur. Pour information, la CCPA supervise les pratiques de collecte de données des entreprises américaines et permet même aux Américains de refuser la vente de leurs informations personnelles à des tiers.

Crédits Pixabay

Cette loi marque également une étape importante pour les États-Unis puisqu’elle octroie aux Américains le droit de demander à ce que leurs données soient supprimées des sites de vente en ligne ainsi que des réseaux sociaux.

Fini les collectes de données illicites ?  

D’après les informations de Reuters, les personnes résidant en Californie ont désormais le droit de consulter les données personnelles spécifiques qu’une entreprise a collectées sur elles. Ces informations peuvent inclure les données de localisation des smartphones, les enregistrements vocaux, les données faciales biométriques, les données de ciblage publicitaire ou encore toutes informations issues de la téléassistance.

Les Californiens peuvent également exiger d’une entreprise qu’elle leur révèle à qui elle a vendu leurs informations et quels types d’informations ont été divulgués. De plus, les réglementations finales obligent les entreprises à informer les consommateurs « en temps opportun », c’est-à-dire, avant de collecter leurs données ou au moment de les collecter, de leur dévoiler quels types d’informations elles collectent et à quelles fins.

Les entreprises technologiques et numériques seront-elles dociles ?

En somme, la CCPA est applicable aux plateformes numériques, aux services de covoiturage, aux détaillants, aux entreprises de télévision par câble, aux fournisseurs de services mobiles et à toute entreprise collectant des informations personnelles à des fins lucratives.

Facebook, Google, Walmart et Amazon font ainsi partie des nombreuses entreprises qui devront se plier aux exigences de cette nouvelle loi ainsi que toute entreprise qui collecte les informations personnelles d’au moins 50.000 personnes chaque année. La question qui se pose est de savoir si cette loi arrivera enfin à garantir la transparence entre les entreprises numériques et les utilisateurs américains ou non.  

Mots-clés californieCCPA