Californie : Une nouvelle loi interdit l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale dans les caméras de la police

Certaines institutions utilisent actuellement la reconnaissance faciale dans leur système de sécurité afin d’identifier les personnes suspectes. Bien que cette technologie soit déjà très avancée, beaucoup doutent encore de sa fiabilité. Pour l’État de la Californie, une loi vient d’être promulguée afin d’interdire son utilisation dans les caméras corporelles de la police.

Deux autres États américains qui sont l’Oregon et le New Hampshire avaient déjà précédé la Californie dans la mise en place de lois similaires.

Crédits Pixabay

La loi AB1215 relative à l’interdiction de l’emploi de tout « système de surveillance biométrique » dans les caméras corporelles de la police a été signée le 8 octobre dernier par le gouverneur Gavin Newsom. Cette nouvelle loi permet également aux citoyens de poursuivre en justice les agents qui violent les nouveaux règlements.

Selon un rapport du San Francisco Chronicle, une démonstration effectuée par l’ACLU ou American Civil Liberties Union sur Rekognition, le logiciel de reconnaissance d’Amazon, avait donné des résultats décevants et cela a encouragé les législateurs à  voter la nouvelle loi.

Un test de fiabilité

Durant la démonstration organisée par l’ACLU, le logiciel de reconnaissance faciale a mal identifié 26 législateurs et les a classifiés de « suspects ».

Après le test, Phil Ting, membre de l’Assemblée et auteur du projet de loi, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’ils ont effectué cette démonstration afin de montrer que le logiciel n’était pas encore prêt.

Selon Ting, cette technologie pourrait causer des préjudices pour de nombreuses personnes si elles sont accusées à tort. Les conséquences pourraient être une difficulté à trouver un logement ou un emploi.

L’intelligence artificielle et ses capacités

L’an dernier, Brian Brackeen, le PDG de l’entreprise Kairos qui est spécialisée dans la technologie de l’IA a déclaré que lorsqu’on parle de caméra corporelle munie d’une intelligence artificielle, il s’agit de capacités  surhumaines. Selon lui, si un officier est capable d’identifier 30 images par heure, les services de police ne seraient pas contre le fait de lever cette limite.

« Ce n’est pas vraiment une question de durée, mais plutôt une capacité surhumaine à identifier des personnes » a-t-il ajouté.

Selon Chronicle, l’association California Peace Officers affirme que la technologie de reconnaissance faciale n’est actuellement utilisée par aucune agence californienne de maintien de l’ordre. Il semble cependant que certaines avaient prévu d’adopter la technologie. Si initialement le projet de loi prévoyait une interdiction permanente, des modifications ont été effectuées suite aux protestations de l’association des Peace Officers. Ainsi, la nouvelle loi expirera en 2023.