Call of Duty Black Ops 4 cartonne en dématérialisé

La franchise Call of Duty sortie de sa zone de turbulence ? Pas si sûr, car si en démat’ le titre cartonne, les ventes physiques du soft en Grande-Bretagne, elles, s’écroulent. Après le succès notable de Call of Duty WWII, qui marquait, l’année dernière, le retour de la série à son traditionnel ancrage historique, Activision autorisait Treyarch à larguer le mode solo de son prochain Black Ops au profit d’une expérience intégralement multijoueurs, axée notamment sur l’ajout d’un mode Battle Royale.

Une première dans le monde des productions AAA, mais un pari qui semble d’ores et déjà rapporter gros à Activision… du moins en dématérialisé. Dans un communiqué publié 24 heures seulement après le lancement de Black Ops 4 (et retransmis par BusinessWire), la firme précise ainsi que son dernier FPS est parvenu à établir un nouveau record de téléchargements, et donc un nouveau record de ventes dématérialisées, pour sa célèbre franchise aux fortes velléités guerrières. Cette nouvelle fait corps avec les tendances actuelles d’un marché de moins en moins tourné vers le support physique.

Premier épisode 100% multijoueurs, Call of Duty Black Ops 4 vient de battre un record de téléchargements. Un chiffre qui laisse présager du déclin progressif et de plus en plus palpable du marché physique dans l’industrie.

Activision nous indique par exemple que Black Ops 4 est d’ores et déjà parvenu à faire mieux que Call of Duty WWII en attirant, sur sa première journée dans les bacs, plus de joueurs en ligne que son prédécesseur. Le titre se paye en outre le luxe d’être le meilleur lancement de l’histoire du PlayStation Store au niveau mondial et le meilleur lancement du Xbox Store pour un jeu estampillé Activision.

Sur PC, Battle.net ferait mieux que Steam l’année dernière… mais attention aux ventes physiques sur consoles

De leur côté, les PCistes ont cette année dû se contenter d’un lancement en exclusivité sur la plateforme d’Activision Blizzard, Battle.net. Un inconvénient pour les aficionados de Steam qui n’aurait, d’après l’éditeur, pas eu d’impact sur les ventes au démarrage. Bien au contraire. On apprend du communiqué dévoilé par la firme que Black Ops 4 se serait écoulé deux fois mieux que WWII, qui était en son temps vendu sur la plateforme de Valve. Le travail de promotion orchestrée par Activision ces dernières semaines semble donc avoir payé. De quoi conforter les gros éditeurs dans leur prise d’indépendance vis-à-vis des plateformes de téléchargement généralistes.

Ces données s’opposent toutefois aux ventes physiques du titre, qui enregistrent un large retrait au Royaume-Uni. D’après les chiffres partagés par GamesInsustry, le titre aurait – outre-Manche – subi un fort revers en ne s’écoulant en version boîte qu’à hauteur de 260.00 exemplaires, ce qui est 50% inférieur aux ventes physiques de WWII l’année dernière chez nos amis britanniques. Selon le média, il s’agirait là du plus faible démarrage depuis Modern Warfare premier du nom (dont le lancement remonte maintenant à 2007). Même Infinite Warfare, considéré comme l’échec le plus cuisant de la licence, avait fait mieux en 2016.

Difficile toutefois de savoir si cette dégringolade est intégralement compensée par les ventes dématérialisées évoquées plus haut. Naturellement, Activision ne s’étend pas sur la question. Il faudra donc attendre un bilan plus complet (et aussi plus international) pour avoir une vision claire des performances de ce nouveau Call of sur le marché, et savoir si le pari du 100% multi aura finalement su convaincre les joueurs. En attendant, la prudence reste de mise.