Call of Duty : un homme a été tué suite à un appel de swatting

Call of Duty se retrouve mêlé bien malgré lui à un fait divers particulièrement sordide. Plus tôt dans la semaine, un homme a en effet envoyé la police chez un père de famille vivant au Kansas suite à un différend en ligne. Il a été abattu par les forces d’intervention.

Cette pratique née aux États-Unis porte un nom : le swatting. Utilisé pour la première fois par le FBI en 2008, le terme désigne un canular téléphonique consistant à piéger les forces de police et à les envoyer chez un particulier afin de lui nuire.

Poursuite Police

John ne savait pas quoi faire, alors il a volé une voiture de police et il a diffusé le tout sur Facebook Live.

Contrairement aux idées reçues, cette pratique ne se limite pas au territoire américain et elle est aussi utilisée en France.

Le swatting, une pratique à risque

En 2015, un couple caennais a ainsi été victime de swatting suite à une dispute entre leur fils et un autre gamer. Les appels ont continué pendant plusieurs mois en dépit des nombreuses plaintes déposées par leurs soins.

La France prend le problème très au sérieux. Le swatting est en effet considéré comme un délit et la pratique est ainsi passible de deux ans de prison et d’une amende de trente mille euros.

Le Kansas a été confronté à un cas similaire récemment. Les forces de police de Wichita ont en effet reçu plus tôt dans la semaine un appel anonyme faisant état d’une prise d’otage dans un quartier de la ville.

Les autorités ont immédiatement envoyé une équipe sur place. Les policiers ont encerclé à la maison et demander au suspect de sortir en mettant les mains bien en évidence. L’homme s’est exécuté, mais il a bougé par inadvertance sa main et un agent a ouvert le feu, le tuant sur le coup.

L’homme a été abattu d’une balle dans la tête

Finch, l’homme abattu, n’était pas armé et il ne tenait personne en otage. L’enquête a en effet révélé que l’appel n’était rien de plus qu’un canular orchestré par un certain Barriss suite à une dispute sur Call of Duty.

D’après Dexerto, une agence de presse axée sur l’e-sport, la dispute aurait éclaté à l’occasion d’un tournoi. L’enquête est cependant toujours en cours et ces informations sont à prendre avec la plus extrême des prudences.

Barriss a été rapidement identifié et placé en garde à vue. D’après la police, il vivant dans un centre de redressement. L’agent qui a ouvert le feu sur Finch est pour sa part en congés payés en attendant les conclusions de l’enquête menée par la police des polices.

Mots-clés swatting