Cambridge Analytica a fait chuter la valeur des actions Facebook

Le 19 mars 2018 a été marqué par la chute des actions Facebook, et ce, dès l’ouverture de Wall Street. La cause de cette dépréciation n’est autre que l’affaire Cambridge Analytica.

Ce dernier aurait en effet exploité les informations personnelles de 50 millions d’abonnés au réseau social. L’enseigne s’en serait servie pour mettre au point un logiciel qui serait capable d’influencer les votes aux élections. Depuis, Facebook a annoncé qu’il a suspendu tous les accès attribués à Cambridge Analytica.

facebook-wifi

Les réactions ne se sont pas fait attendre de la part des grandes entités comme le Commissariat en charge de la protection des données personnelles. Sa représentante, Vera Jourova, réclame des « clarifications » de la part de Facebook. De son côté, Cambridge Analytica affirme que les données recueillies via le réseau social n’ont pas été utilisées pour la campagne présidentielle de Donald Trump.

De leur côté, Strategic Communication Laboratories, Aleksandr Kogan et Christopher Wylie ne pourront plus accéder aux données confidentielles des abonnés de la plateforme sociale.

L’exploitation des informations personnelles des utilisateurs

Tout a commencé en 2015 lorsqu’Aleksandr Kogan, un psychologue à l’université de Cambridge, a extrait les données via une interface de connexion Facebook et qu’il les a transmis à SCL/Cambridge Analytica. Christopher Wylie, le dirigeant d’Eunoia Technologies détenait également une copie ces données.

Pour collecter les informations, le psychologue s’est servi de son application dénommée « thisisyourdigitallife » qui était basée sur des tests de personnalité. Les utilisateurs étaient payés pour remplir les formulaires. Le concept a séduit quelque 270 000 internautes qui n’ont pas hésité à télécharger le logiciel.

Le développeur a pu ainsi collecter de nombreux profils.

Que sont devenues ces données ?

Selon de New York Times, les copies des informations collectées par Cambridge Analytica n’ont pas été supprimées. La preuve, des journalistes ont pu y accéder. Par ailleurs, Cambridge Analytica aurait également participé à la campagne du groupe « Leave EU » en faveur du Brexit.

Selon les sources, l’homme d’affaires Robert Mercer a grandement financé Cambridge Analytica. La marque a été dirigée par Steve Bannon, un proche de Donald Trump. Il a été nommé conseillé par le Président américain avant de se retirer de la Maison Blanche.

Mots-clés facebook