CamSoda vous permet de nouveau de télécharger des fellations virtuelles, cette fois pour le Lovense Max 2

CamSoda a remis une pièce dans la machine. Comme nous l’apprend le site The Next Web, le géant du divertissement en ligne vient de lancer une nouvelle place de marché proposant… des fellations virtuelles.

CamSoda n’en est bien entendu pas à son coup d’essai. En réalité, la firme avait fait un premier pas dans cette direction en novembre 2016 avec le Blowcast, une plateforme qui proposait exactement les mêmes prestations.

Sextoii

Le concept était relativement simple. Blowcast se présentait sous la forme d’une galerie composée de plusieurs modèles de fellation réalisés par les camgirls du site.

CamSoda relance sa plateforme de fellations virtuelles

L’internaute, de son côté, n’avait qu’à cliquer sur le bouton correspondant pour télécharger le fichier associé et le charger ensuite sur son Kiiro Onyx, un sextoy destiné à un public masculin. Grâce à ce service, chacun pouvait donc mettre un peu de piment dans sa vie sexuelle en s’arrogeant virtuellement les faveurs de leur camgirls préférées.

Plus tard, l’entreprise avait réitéré l’expérience, cette fois au travers d’une plateforme visant un public plus féminin.

Blowcast n’a cependant pas survécu longtemps et CamSoda a fini par mettre un terme à l’expérience.

Trois ans plus tard, l’entreprise revient donc à la charge au travers d’un nouveau partenariat. Cette fois, la société a choisi de se rapprocher du constructeur Lovense et les fellations virtuelles proposées par son nouveau service visent ainsi les heureux possesseurs du Max 2. Le fonctionnement de l’outil ne change pas en revanche. Il faudra toujours télécharger le modèle de son choix et le charger ensuite sur le sextoy pour pouvoir reproduire les gestes enregistrés par les utilisateurs de la plateforme.

Une organisation par pays

Pour enregistrer sa fellation, il suffit en effet de se rendre sur une page dédiée présente sur le site de CamSoda avec son mobile. Il faudra ensuite lécher l’écran de ce dernier et l’entreprise se chargera d’enregistrer chaque action au travers d’un fichier unique qui sera ensuite mis à la disposition des intéressés sur la place de marché de la société.

Encore une fois, CamSoda a donc repris exactement le même outil que sa précédente plateforme. La seule différence notable vient de l’organisation de la place de marché puisqu’il est possible de restreindre l’affichage des fellations virtuelles à un pays en particulier. La France est d’ailleurs représentée, ce qui au final n’est pas forcément très rassurant.

Mots-clés camsodansfy