Canon EOS 1000D : première prise en main

C’est en fin de semaine dernière que j’ai eu l’agréable surprise de voir enfin débarquer UPS avec mon Canon EOS 1000D dans la poche. Inutile de vous dire que je me suis jeté dessus, que je l’ai testé comme un vrai petit fou et que j’ai mitraillé tout ce qui me passait sous l’objectif. Pour finalement vous livrer mes premières impressions dans ce billet.

Alors tout d’abord, il faut remettre les choses dans leur contexte. Cela fait plus d’un an que je pense à acheter un reflex. Évidemment, je me suis documenté sur le sujet, j’ai lu une tonne de comparatifs sur les Nikon et Canon (pour finalement découvrir qu’ils se valaient et que ce qui comptait réellement, c’était le photographe derrière) et je me suis finalement décidé pour un Canon EOS 1000D. Bon, en même temps, je dois vous avouer que c’est l’occasion qui a fait le larron, quand on vous propose un reflex (même d’entrée de gamme) à 200€ et des boulettes, vous ne réfléchissez pas longtemps.

Au passage, merci Vente-du-Diable et merci mes nombreux filleuls.

Papa vous aime.

Après avoir poireauté un peu (visiblement, le prestataire logistique m’avait oublié), j’ai finalement reçu la bête. Inutile de vous dire que j’avais tout préparé, de la sacoche Canon qui va bien (10€ sur eBay, importée directement de Hong-Kong) à la carte SD de 16Go (20€, même chose). Oui, le Fred est généralement très prévoyant. Manque de pot pour lui, la carte SD n’a jamais daigné fonctionner (enfin sur le PC et le Mac, aucun problème, c’est juste le 1000D qu’en veut pas) et il a donc du la remplacer.

Faut que j’arrête de parler de moi à la troisième personne, c’est perturbant.

Autant vous dire que le premier contact avec la bête s’est très bien passé. Il est très agréable à utiliser, il tient bien en main. Les boutons et différentes molettes tombent bien sous les doigts. Même chose pour le viseur. Sur de nombreux sites, j’ai vu qu’il était très critiqué car trop petit. Perso, je le trouve très confortable, et je suis pourtant resté devant pendant quelques heures (je vous l’ai dit, j’ai mitraillé tout ce qui passait devant l’objectif).

Alors évidemment, j’en suis encore à la prise en main mais j’ai déjà testé tous les modes de vue proposés (j’ai laissé assez vite le mode automatique pour m’intéresser notamment au mode manuel). Les options sont très nombreuses, il y a vraiment de quoi s’amuser. Et c’est d’ailleurs vraiment là qu’on se prend une claque, quand on commence à jouer avec la focale, l’ISO et tout le bordel. On comprend tout-de-suite la différence entre les APN et les reflex. Par contre, je n’ai pas testé le mode Live View.

Seul petit bémol pour le moment, j’ai parfois tendance à me taper une err99. Quand ça arrive, je dois systématiquement éteindre l’appareil, virer et remettre la batterie avant de le redémarrer. Je me suis renseigné un peu sur le sujet, il semble que cela soit un problème récurrent chez les Canon. Faudrait que je fasse des tests approfondis pour déterminer son origine, j’espère juste que je n’aurai pas à passer par la case SAV.

Ah oui et pour l’instant, comptez pas sur moi pour vous montrer mes photos. Faut pas déconner, j’ai pas envie de foutre en l’air ma fantastique cyber-réputation. Et pour les images illustrant ce billet, elles proviennent toutes de Focus Numérique. Parce que bon, prendre des photos d’un appareil photo quand on n’a pas de deuxième appareil photo, ce n’est pas super simple.

Note : Et pour les spécifications techniques, je vous invite à vous rendre directement chez Focus Numérique

Mots-clés canonmatériel