Le cartilage du nez pour réparer l’articulation du genou atteinte d’arthrose

Quand une personne est atteinte d’arthrose fémoro-patellaire (APFO), le cartilage articulaire glissant qui recouvre les extrémités de son fémur devient usé et s’enflamme. Cette usure peut entraîner l’exposition de l’os sous-jacent en cas d’aggravation de la maladie.

Maintenant, des chercheurs de la Julius-Maximilians-University (JMU) de Würzburg, en Allemagne, prévoient de mener un essai clinique pour tester un nouveau traitement de cette maladie débilitante. La méthode en question consiste à prélever du cartilage au niveau du nez du patient et utiliser celui-ci pour réparer le cartilage usé du genou.

Genoux
Crédits Pixabay

D’après le professeur Oliver Pullig, président du Department of Tissue Engineering and Regenerative Medicine au sein de l’University Hospital Würzburg, un petit morceau de cartilage de la cloison nasale des patients est prélevé, puis cultivé sur une matrice de collagène structurellement favorable. Il est ensuite implanté dans le genou endommagé pendant quatre semaines afin de régénérer le cartilage.

A lire aussi: On pourrait utiliser des tendons de kangourou pour réparer les genoux humains

Une efficacité prouvée

Selon les explications, il existe une similarité étroite entre les cellules du cartilage nasal et celles du genou en ce qui concerne la résilience mécanique. De plus, ces cellules cartilagineuses ont l’avantage de pouvoir être facilement cultivées en laboratoire.

Auparavant, l’University Hospital Basel en Suisse avait dirigé une étude sur la régénération du cartilage. Au cours de l’étude, une équipe de chercheurs a démontré la sûreté et l’efficacité de cette technique de régénération du cartilage au niveau des lésions cartilagineuses localisées et bien définies.

Une alternative potentielle aux traitements actuels

La nouvelle méthode, appelée ENCANTO (ENgineered CArtilage from Nose for the Treatment of Osteoarthritis), va être testée pour voir si la procédure peut être utilisée dans des cas complexes tels que l’APFO. Les participants au projet vont commencer à être recrutés vers le début de l’année 2025. D’un autre côté, une autre étude suisse qui s’intéresse également au traitement de l’APFO va recruter d’autres participants vers la fin de cette année.

Actuellement, le traitement de l’APFO consiste à effectuer un « resurfaçage » chirurgical de la zone concernée avec une prothèse. Si les chercheurs obtiennent des résultats positifs lors de l’essai clinique, le traitement pourrait devenir une alternative viable. Selon Pullig, les implants cartilagineux pourraient révolutionner le traitement de la dégénérescence du cartilage.

SOURCE: New Atlas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.