Castorama a-t-il cherché à faire le buzz avec son moteur de recherche ?

Castorama est très présent sur le web et l’enseigne enrichit fréquemment son site en lui ajoutant diverses fonctionnalités. La dernière en date est en lien avec la recherche et le moteur intégré est assez capable depuis hier d’afficher des suggestions issues des recherches tapées par les internautes. Magnifique, bien sûr, mais l’équipe en charge de son développement a malheureusement oublié de mettre en place des filtres.

Résultat des courses, lorsque les internautes ont découvert cette particularité, ils se sont amusés à faire des requêtes parfaitement saugrenues pour s’amuser.

Buzz Castorama

Vous n’imaginez pas tout ce qu’il est possible de faire avec un simple tournevis.

Il suffisait ainsi de taper “clou” pour voir apparaître diverses suggestions telles que “clou vis cornillac”, “clou sur la croix du christ qui regarde bruler les impies gloire à satan” ou “clou pour planche de fakir”. Amusant, non ?

Castorama : des suggestions sans filtres

Même chose pour le mot-clé “jardin”, qui affichait des suggestions comme “jardin pour courir nue”. Il faut bien l’avouer, cette fonction a beaucoup fait rire les internautes et… elle a aussi beaucoup fait parler de la marque.

Castorama s’en est d’ailleurs amusé sur internet, n’hésitant pas à multiplier les clins d’oeil.

Mais voilà, le problème c’est que des suggestions très vulgaires ont commencé à apparaître dans les heures qui ont suivi la découverte de cette fonction, des suggestions comme “perceuse pour un deuxième trou de balle”, “cuisine moi le cul”, “cuisine pour aurelie la cochonne” ou même “scie moi le zizi”. Quelques critiques ont commencé à fuser mais l’enseigne a tout de même gardé le sourire.

Jusqu’à ce que la situation dérape complètement, avec des suggestions sexistes et antisémites. Les internautes sont en effet tombés sur des propositions très limites tels que “peinture pour chambre à gaz”, “tournevis pour déboiter le vagin d’un enfant” ou même “marteau dans la chatte à ta soeur”. Inutile de préciser que le ton est rapidement monté sur Twitter.

La situation a très vite dérapé

Castorama a donc fini par réagir en fermant purement et simplement son site et en évoquant des “malveillances”.

Le problème, bien sûr, c’est que l’enseigne a attendu que la situation dérape pour s’étonner de son système de suggestions et pour prendre des mesures. Dans ce contexte, beaucoup de gens ont pensé que ces détournements n’étaient rien de plus qu’une opération de comm’ savamment orchestrée.

Le HuffPost a donc contacté l’agence de presse de la marque pour lui poser directement la question. Cette dernière a dit qu’elle n’était pas au courant d’une opération de ce genre et qu’il s’agissait sans doute d’un simple bug. En attendant, l’enseigne n’a pas souhaité commenter l’affaire, elle. Pas pour le moment du moins.