CD PROJEKT RED invoque le DMCA pour empêcher le partage du code source du Gwent sur Twitter

Après le vol de quantité de données sensibles, CD PROJEKT RED tente de limiter la casse, soit d’empêcher le plus possible la propagation du code source de plusieurs de ses titres phares. Le développeur polonais vient par exemple d’invoquer le DMCA à l’encontre de deux utilisateurs de Twitter qui partageaient des liens de téléchargement du code source du Gwent.

L’histoire est peu connue, mais quand CD PROJEKT RED s’est rendu compte qu’il ne pouvait plus vendre des Cyberpunk 2077 PS4 et Xbox One donnant l’impression d’avoir été débutés sur Switch, ces braves gens se sont réunis autour d’une table pour décider de la réaction à adopter. Et figurez-vous qu’ils étaient treize à cette même table. La scoumoune ne pouvait donc les quitter.

Jaquette de “The Witcher 3: Wild Hunt”

La suite a, en revanche, fait les gros titres : le développeur a été victime d’une cyberattaque, au même titre que ses camarades japonais de chez Capcom. Parmi les données confidentielles dérobées, on comptait notamment les codes sources de The Witcher 3 (versions non-publiées et publiées), Gwent et Cyberpunk 2077.

Vol de données de CD PROJEKT RED : la vente aux enchères avait été annulée

Bien qu’ayant fait entendre qu’il ne cèderait pas à la demande de rançon émise par les auteurs de l’attaque, CD PROJEKT RED compte malgré tout se protéger le plus possible des conséquences de cette dernière. Le site Vice rapporte que le studio a ainsi invoqué le DMCA à l’encontre d’au moins deux utilisateurs Twitter qui y partageaient des liens de téléchargement du Gwent.

Pour rappel, le DMCA (Digital Millennium Copyright Act) permet de faire valoir le droit d’auteur. L’avis délivré ici disait précisément ceci :

“Description de l’infraction : Code source illégalement obtenu de Gwent: The Witcher Card Game. Posté sans autorisation, non destiné à être diffusé au public”.

Les messages posant problème ont depuis été retirés du réseau social, et remplacés par une phrase commune expliquant brièvement le pourquoi du comment.

Dans un premier temps, les auteurs de la cyberattaque avaient mis en place une vente aux enchères des données volées, avant d’annuler cette vente après avoir reçu une offre extérieure. Et l’on se doute qu’elle était fort généreuse pour convaincre les pirates de céder.