Ce champignon transforme les insectes en nécrophiles excités

Entomophthora muscae est un champignon parasite qui exploite les pulsions sexuelles des mouches domestiques. Selon une récente étude, ce champignon serait capable de prendre le contrôle du cerveau de son hôte puis de l’envoyer à la mort. Il produit ensuite un puissant aphrodisiaque pour attirer les mouches mâles en bonne santé.

Le plus incroyable dans le processus, c’est que le « philtre d’amour » encourage les mouches mâles à faire des avances aux femelles, qu’elles soient mortes ou vivantes. Il peut parfois s’agir de carcasses gonflées, gorgées de spores.  

Crédits 123RF.com

Dans la nature, la reproduction est un acte très convoité que de nombreux organismes exploitent afin de manipuler leurs cibles.

Le déroulement de l’expérience

Des chercheurs de l’Université de Copenhague ont mené une série d’expériences pour démontrer comment le champignon zombie procède pour exploiter la faiblesse de ces insectes.

Au cours de leurs travaux de recherche, l’écologiste Andreas Naundrup et son équipe ont procédé à une petite expérience. Ils ont placé des mouches femelles infectées et non infectées par le champignon dans la même arène de test et ont ensuite proposé aux mâles de choisir parmi elles.

Les résultats ont montré qu’il n’y avait pas de différence significative entre le choix d’aller vers une carcasse infectée ou une carcasse non-infectée. Par contre, lorsque l’une des femelles mortes se trouvait au dernier stade de la libération de spores, le nombre de tentatives d’accouplement avec les deux groupes devenait plus élevé.

En incubant les mâles pendant 10 jours, les chercheurs ont découvert que près de 75 % de ceux qui avaient été exposés aux femelles en phase avancée de sporulation ont été infectés. Par contre, seulement 15 % des mâles qui avaient été en contact avec des femelles à un stade précoce de sporulation l’ont été. 

Naundrup et ses collègues ont également trouvé que les antennes des mâles réagissaient plus aux composés volatiles qui entouraient les femelles mortes à un stade avancé de sporulation. Des tests sur les produits chimiques volatiles entourant les mouches non-infectées, en début de sporulation, et en fin de sporulation ont ensuite été effectués. Les résultats ont montré l’existence d’un profil chimique distinct d’alcools et d’esters à longues chaînes. Après avoir testé ces substances sur des mouches, les scientifiques ont conclu que plusieurs types de ces produits agissaient ensemble pour attirer les mâles.

Contrôle et manipulation

Lors d’une épidémie animale, la maladie fongique peut être dévastatrice pour les populations de mouches domestiques. Elle n’est cependant pas spécifique à cette espèce puisque les mouches à viande et les bombyles peuvent également être touchés.

Lorsqu’une spore du champignon s’est posée sur un hôte, elle développe un système mycélien semblable à une racine pour atteindre le cerveau. Elle pourra alors contrôler le comportement de reptation de l’insecte, l’amenant ensuite à ramper jusqu’à la bonne hauteur pour libérer les spores. En même temps, elle se nourrit de la chaire de la mouche de l’intérieur et développe ses propres organes reproducteurs qui vont par la suite jaillir de la mouche morte.

L’étude a démontré la capacité du champignon, non seulement à contrôler le comportement de son hôte, mais aussi à manipuler des mouches en bonne santé qu’il n’a pas encore infectées.

Pour les auteurs de l’étude, « les résultats peuvent avoir le potentiel de permettre la découverte de nouveaux attractifs sémiochimiques spécifiques à la mouche domestique, ou de phéromones qui pourraient être utilisées dans la lutte contre les parasites ».