Ce cratère de météorite situé en Allemagne nous en apprend beaucoup sur l’histoire de Mars et de son atmosphère

La planète rouge a toujours intéressé les scientifiques et l’évolution de son atmosphère et la présence de l’eau ont une place de choix dans leurs recherches. Ce sont d’ailleurs les principales raisons pour lesquelles de nombreuses missions d’exploration ont été envoyées sur Mars.

Malgré tout, les échantillons manquent pour pouvoir étudier en détail les processus qui ont conduit aux transformations de cette voisine de la Terre. Et même si des échantillons étaient à la disposition des chercheurs, comprendre des processus d’évolution qui ont eu lieu il y a des millions, voire des milliards d’années n’est pas chose aisée.

Mars vu par les sondes

Crédits ESA

Ceci étant, certains endroits sur Terre peuvent nous aider à comprendre comment l’énigmatique atmosphère de Mars a pu évoluer, à en croire les résultats d’une étude réalisée sur le cratère de Ries (Nordslinger, Allemagne) par Tim Lyons, professeur de biogéochimie et son équipe. Leurs conclusions ont été récemment publiées dans la revue Sciences Advances.

Un cratère de météorite qui ressemble à ce qu’on peut trouver sur Mars

Le cratère de Nordslinger Ries s’est formé il y a environ 15 millions d’années (Miocène) suite à l’impact d’une météorite. Mais ce qui a conduit le professeur Lyons et son équipe a s’y intéresser, c’est le fait que les couches de minéraux et de roches qui le constituent ont été particulièrement bien préservées, comparé à d’autres endroits sur Terre.

Le biogéochimiste et son équipe ont ainsi avancé l’hypothèse selon laquelle, en analysant les minéraux et les roches qui s’y trouvent, par analogie, on peut remonter le temps et comprendre l’évolution des roches et donc de l’atmosphère de Mars, qui y a imprégné une signature distincte retraçant son histoire.

D’autant que le cratère de Jezero, le site d’atterrissage prévu pour la mission Mars 2020 présente des caractéristiques comparables à ceux du cratère de Nordslinger Ries. Ainsi, l’étude de ce dernier pourra nous donner de précieux indices sur ce qui s’est passé sur Mars.

Pour que l’eau soit présente en forme liquide, l’ancienne atmosphère de Mars devait être riche en CO2

D’après les conclusions de l’équipe, le niveau d’alcalinité des roches étudiées et la présence d’eau sous forme liquide à la surface de Mars il y a de cela des millions d’années (tout en sachant que Mars se trouve à une distance relativement éloignée du Soleil) n’est compatible que si l’ancienne atmosphère martienne était particulièrement riche en CO2.

En effet, le CO2 étant un gaz à effet de serre, sa présence en grande quantité dans l’ancienne atmosphère de Mars aurait servi à réchauffer la planète de manière à permettre à l’eau de s’y trouver sous forme liquide. Malgré tout, on ne pourrait pas espérer y trouver des formes de vies complexes en raison du faible taux d’oxygène, contrairement à ce qui fut le cas sur Terre, disent les chercheurs.

Mots-clés mars