Ce n’est pas parce que vous êtes intelligents que vous serez forcément riches

80% de la richesse mondiale appartient à 20% de la population. Beaucoup voient dans cette répartition inégale des richesses une injustice. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Pour la société dans laquelle nous vivons, la réussite financière se base sur la méritocratie. On nous répète que seules les personnes les plus intelligentes, talentueuses et travailleuses réussissent dans la vie. Mais cela reflète-t-il vraiment la réalité ?

Alessandro Pluchino, un chercheur de l’Université de Catane en Italie, a essayé de répondre à cette question. Pour ce faire, il a utilisé une simulation informatique. Cette simulation lui a permis de visualiser la façon dont les gens se servent de leur talent pour exploiter les opportunités que leur offre la vie.

Une foule dense
Image par Free-Photos de Pixabay

Les résultats obtenus par Alessandro Pluchino ont révélé que la richesse était surtout une question de chance.

A lire aussi : 7 signes montrant que votre enfant est plus intelligent que la moyenne

Une simulation de la vie active

La simulation informatique d’Alessandro Pluchino reproduit fidèlement la distribution des richesses dans le monde. En étudiant les résultats obtenus grâce à cette simulation, il a conclu que les personnes les plus riches n’étaient pas forcément les plus talentueuses. Elles seraient en fait les plus chanceuses.

La simulation informatique d’Alessandro Pluchino a modélisé un nombre N d’individus. Chacun d’entre eux est doté d’un certain niveau de talent (talent, intelligence, agilité, etc…). Notons que comme dans la vie réelle, certaines personnes sont plus talentueuses que d’autres.

Ces individus ont ensuite été placés dans une simulation de la vie active sur une période de 40 ans.

A lire aussi : Mais d’où vient notre intelligence ?

Tout se joue à la chance

Pour obtenir des résultats reflétant la réalité, Alessandro Pluchino a introduit un autre facteur aléatoire à savoir la chance. Les individus de la simulation ont alors vécu des événements favorables qu’ils ont pu exploiter pour accroitre leur richesse. Mais ils ont aussi été confrontés à des événements défavorables qui ont fait diminuer leur fortune.

Au bout des 40 ans, Alessandro Pluchino a classé les individus par ordre de richesse. Il a étudié les caractéristiques de celui qui a le plus réussi. Ensuite, il a calculé la répartition des richesses. Alessandro Pluchino a déclaré que la distribution des richesses est exactement identique à celle de la vie réelle.

« La règle des 80-20 est respectée », explique-t-il.

Et les résultats qu’il a obtenus grâce à sa simulation informatique ont indiqué que les 20% de privilégiés ne sont pas forcément les plus talentueux. Tout se joue donc à la chance.