Ce que vous devez faire pour avoir un enfant émotionnellement intelligent

Parmi les besoins fondamentaux d’un enfant en pleine croissance, il y a celui d’être écouté. Les parents peuvent satisfaire à ce besoin en l’écoutant, et surtout en exprimant de l’empathie. Des recherches ont montré que lorsqu’une personne ressentait de l’empathie, cela pouvait la rendre plus connectée et plus généreuse envers les autres. Pratiquer ce sentiment avec ses enfants peut ainsi les aider à grandir pour devenir des adultes émotionnellement intelligents.

On pourrait penser qu’il s’agit d’une chose facile à faire, mais il y a quand même quelques défis à relever. Par exemple, si les enfants font des choses qu’il ne faut pas, les parents ont tendance à désapprouver, et les enfants vont penser qu’il s’agit de la réaction à montrer. Aussi, lorsque les enfants sont contrariés, les parents ont ce réflexe de régler le problème en utilisant la logique. Mais généralement, la logique ne calme pas les émotions, mais la solution c’est plutôt l’empathie et la validation.

Deux enfants souriants
Crédits Pixabay

Si vous avez du mal à enseigner l’empathie à vos enfants, voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles.

A lire aussi : Voilà pourquoi vos enfants n’aiment pas vous parler de leur journée

Leurs émotions doivent être une opportunité pour se connecter

Pensons aux liens qui se créent lorsque deux personnes vivent les mêmes expériences stressantes. Il ne faut pas vraiment essayer de créer tout de suite de la joie lorsqu’un enfant a une crise ou n’est pas de bonne humeur. Il faut tout d’abord rester calme.

Lorsqu’on peut rester calme quand un enfant crie ou pleure, cela permet de faire baisser la pression émotionnelle. Après cela, l’enfant et vous-même pourrez penser logiquement et clairement et mettre les choses en perspective. Aucune communication ne peut avoir lieu lorsqu’une personne est en colère.

Comprendre et accepter au lieu de juger

Selon Ross Greene, un psychologue pour enfants, les enfants se comportent bien quand ils le peuvent. Barry Kaufman, psychothérapeute, ajoute que les gens sont toujours en train de faire ce qu’ils peuvent.

Ainsi, lorsqu’un enfant est en colère ou fait une crise, il faut penser que son comportement représente ce qu’il peut faire de mieux, et il n’y a pas de problème à cela. Chaque petite erreur ne doit pas obligatoirement être transformée en une opportunité pour enseigner. A partir de cette « position de grâce », il est possible de rechercher petit à petit ce qu’il ne va pas.

Réfléchir et valider leurs sentiments

Ecouter attentivement un enfant l’aide à se sentir écouté, et de nombreux experts indiquent que les enfants écoutent mieux après qu’ils aient été entendus. Lorsque les enfants sentent qu’ils sont compris et acceptés par leurs parents, ils peuvent voir ces derniers comme une base sure où ils peuvent venir lorsqu’ils ressentent de la détresse.

Le langage utilisé pour montrer que l’on écoute un enfant lorsque ses émotions sont exacerbées est similaire à de la paraphrase. Seulement, il est utilisé de manière à signaler qu’on est en train de comprendre ses sentiments.

La psychologue et experte en communication Eran Magen utilise l’acronyme WIG ou « What I Got » pour expliquer cette façon d’écouter. On peut l’expliquer par l’expression « Si je comprends ». Un exemple de question que l’on pourrait poser à un enfant pourrait ainsi être : « Si je comprends bien, ce que tu as dit c’est que tu penses que ton ami t’a trahi ? ».

Une autre astuce pour poser des questions, au lieu de demander pourquoi ils sont mécontents à propos de quelque chose, demander plutôt en quoi cet événement les a contrariés. Pour de nombreux enfants, cette façon de poser la question est plus facile à gérer et moins accusatrice.

Selon les spécialistes, cela peut aussi aider d’utiliser un langage qui exprime la validation. Cela montre aux enfants qu’ils n’ont pas tort de ressentir ce qu’ils ressentent et qu’ils sont acceptés et aimés sans conditions. Un exemple de validation : « Cela a dû être dur pour toi ».

Explorer et poser des questions

Après l’écoute et la validation, les enfants vont se sentir écoutés et acceptés. Comme ils sentent qu’ils n’ont plus besoin de se défendre et de se justifier, ils sont plus susceptibles d’admettre leur rôle vis-à-vis d’un problème.

Il est maintenant possible de poser certaines questions pour comprendre leur expérience et explorer leur ouverture à entendre des conseils, ou trouver des solutions pour régler le problème.