Ce robot autonome nous permettra peut-être de trouver une vie extraterrestre

En une décennie, les ingénieurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA ont réussi à mettre au point un véhicule sous-marin autonome. Le prototype a commencé à subir des tests en 2012. L’engin, baptisé BRUIE (pour Buoyant Rover for Under-Ice Exploration), a déjà exploré des milieux océaniques situés dans l’Arctique et en Alaska.

Les précédents tests ont servi à l’évaluation de la capacité du robot à effectuer une mission dans l’espace. Actuellement, une évolution du véhicule est dans la station de recherche australienne de Casey en Antarctique pour des essais de températures extrêmes.

Ce drôle de petit robot a été conçu pour explorer les fonds marins

Crédits NASA

Il s’agit de  la troisième itération de cette technologie robotique.

Une version améliorée du prototype est censée effectuer des missions scientifiques sur des mondes extraterrestres, comme la lune Europe de Jupiter, qui semble contenir des océans.

Le rover est conçu pour rouler sous la croûte de glace

Les opérations en Antarctique sont menées conjointement par le Dr Dan Arthur, de l’école d’ingénieurs de l’Université d’Australie occidentale, des scientifiques du JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA et  le personnel du Programme antarctique australien, un organisme du gouvernement fédéral.

Le Dr Dan Arthur a décrit la machine comme un rover flottant à deux roues indépendantes. D’après son explication, elle est conçue pour rouler sous la croûte de glace. Pour ce faire, elle utilise des instruments spécifiques qui lui permettent de détecter les composés qui intéressent les astronomes.

Il a ajouté que cette station de recherche est « un endroit unique en son genre qui dispose de ressources importantes pour le développement de systèmes robotiques autonomes qui interagissent avec la géologie ».

Pour explorer Europe, la lune glacée de Jupiter

Naturellement, une application de cette technologie sera utilisée pour soutenir la recherche océanographique sur Terre. Toutefois, les chercheurs espèrent que, dans l’avenir, BRUIE pourrait permettre la détection de signes de vie extraterrestres.

Rappelons que la NASA travaille actuellement sur une nouvelle mission dont le but est d’explorer la lune Europe de Jupiter. Le programme devrait être lancé en 2024.

Si l’on en croit l’expert, « Europa Clipper pourrait être suivie d’une mission ultérieure, qui visera à se poser sur la surface d’Europa et à déployer une évolution de BRUIE, en commençant la recherche de la vie sur la lune glacée ».

Mots-clés europa clipperNASA