Ce robot pieuvre représente peut-être l’avenir de l’exploration océanique

Des chercheurs de l’Université de Californie ont conçu un robot aquatique inspiré de la pieuvre. Capable de se déplacer de façon autonome et de prendre des photos, il s’agit d’un appareil qui vise à faciliter l’exploration maritime.

Un nouveau robot aquatique vient de voir le jour. Créé par des scientifiques de l’Université de Californie, à San Diego, aux États-Unis, ce modèle se distingue des autres robots océaniques que nous avons l’habitude de voir sur le net et dans les films par son design peu commun. En effet, il ressemble à une pieuvre. Cette ressemblance ne se limite pas seulement à l’aspect physique. Même la façon dont le robot se déplace a été imaginée à partir de celle de l’animal. Ainsi, pour avancer, il projette des jets d’eau derrière lui.

Un robot pieuvre qui devrait rappeler de bons souvenirs aux fans de Matrix - capture YouTube

Un robot pieuvre qui devrait rappeler de bons souvenirs aux fans de Matrix – capture YouTube

Cette technique lui permet d’avancer à raison de 18 à 32 cm par seconde, soit à environ 1 km/h. Rappelons tout de même qu’une vraie pieuvre peut nager entre 37 et 40 km/h.

Un robot conçu pour être autonome

Si l’équipe a choisi de s’inspirer de la pieuvre, c’est justement en raison de cette capacité de l’animal à se déplacer vite. « Essentiellement, nous avons recréé toutes les caractéristiques clés que les pieuvres utilisent pour nager à grande vitesse », a déclaré Michael T. Tolley, professeur au Département de génie mécanique et aérospatial de l’université de Californie, rapporté par Independent.

« C’est le premier robot non attaché qui peut générer des impulsions de jet pour une locomotion rapide comme la pieuvre. Il peut obtenir ces impulsions de jet en changeant la forme de son corps, ce qui améliore l’efficacité de la nage », a-t-il ajouté.

Afin de pouvoir mener des missions d’exploration aquatiques de façon prolongée, l’appareil dispose de sa propre source d’alimentation. Les chercheurs affirment que cette dernière lui permet de fonctionner pendant un certain temps sans avoir besoin d’être connecté à d’autres appareils. On notera aussi la possibilité d’y attacher une caméra.

Un corps souple

Afin de ne pas blesser les poissons et les invertébrés sous marins, le robot possède un corps souple. En effet, sa structure, soutenue par des pièces imprimées en 3D, est en polymère acrylique. Ce matériau a également l’avantage de permettre à la machine de manœuvrer plus facilement qu’un robot plus grand et plus rigide.