Ces araignées se « déguisent » en fourmis pour échapper à leurs prédateurs

Des chercheurs de l’Université Cornel ont découvert que des araignées sauteuses étaient douées de mimétisme. Elles sont en effet capables de se faire passer pour des fourmis, dans le but ne pas se faire remarquer de leurs prédateurs. Pour ce faire, les araignées se déplacent avec leurs trois paires pattes, tandis que la paire restante est relevée sur la tête pour mimer des antennes.

Les araignées se déplaceraient ensuite de manière sinueuse, exactement comme une fourmi en plein pistage de phéromones. Le déguisement réaliste est plutôt efficace, car les études ont démontré que les araignées y ayant recours réussissaient à ne pas se faire remarquer des prédateurs.

Araignées

Une découverte passionnante quand on sait que le mimétisme se cantonne généralement aux formes et aux couleurs chez les insectes.

Pourquoi mimer la fourmi et non un autre insecte ?

Ce n’est sûrement pas par hasard que les araignées sauteuses ont choisi de copier la fourmi pour se protéger de leurs prédateurs. Cette dernière est en effet connue pour être une petite bête très coriace, dotée de nombreux moyens de défense.

Elle peut non seulement piquer, mais aussi mordre. Mieux encore, les fourmis sont aussi capables de lancer des jets d’acide très douloureux.

Ainsi tant que c’est possible, les prédateurs évitent généralement de se frotter à elles. Voilà pourquoi quand une araignée sauteuse se fait passer pour l’une de ses petites travailleuses, elle passe non seulement inaperçue, mais ses prédateurs vont même jusqu’à s’éloigner pour éviter les blessures.

Des araignées qui mériteraient un Oscar

Souvent, les aptitudes des insectes à « mimer » se limitent aux couleurs ou aux formes. Certains sont très forts pour se fondre dans le décor en se faisant passer pour des feuilles ou des brindilles par exemple.

D’autres prennent simplement la couleur du décor en question pour rester en vie. La palme revient cependant à ces araignées sauteuses qui, elles, vont jusqu’à imiter le comportement d’une autre espèce d’insectes pour échapper à leurs prédateurs.

À l’aide de plusieurs caméras à grande vitesse, les chercheurs ont étudié le comportement de ces petites bêtes dans leur milieu naturel. Ils n’ont pu que constater leurs talents d’actrices développés, tous les potentiels prédateurs se font pour la plupart avoir. Évidemment, les malchanceuses qui se font démasquer n’ont d’autre choix que d’abandonner le subterfuge et s’enfuir… cette fois sur leurs huit pattes.