Ces chercheurs ont calculé la pression qu’un manchot produit pour propulser son caca

Pour la sécurité de leurs progénitures et pour ne pas souiller leur nid, les manchots Adélie ne laissent jamais leurs œufs sans surveillance pendant la couvaison. Durant cette période délicate, ils ne quittent pas leurs nids même quand ils font leurs besoins. Pour ce faire, ils s’accroupissent, positionnent leurs derrières, lèvent leurs queues et propulsent leurs fèces loin du nid.

En 2003, des physiciens fascinés par ce comportement ont mené une étude qui leur a valu un prix Ig Nobel en 2005, une parodie du prix Nobel décernée chaque année à dix recherches scientifiques qui paraissent insolites, mais qui amènent dans un second temps à réfléchir. Ils se sont alors essayés à déterminer la pression produite par ces manchots quand ils propulsent leurs excréments.

Un pingouin

Crédits Pixabay

Les résultats de leurs études ont indiqué que les manchots Adélie génèrent trois fois plus de pression qu’un humain ne le fait pour une grosse commission. Dans la continuité de ces études, des chercheurs japonais ont voulu affiner les résultats et ont publié leurs conclusions sur le serveur de pré-impression ArXiv.

La précédente étude sur les manchots qui défèquent

Lors d’une expédition en Antarctique, le Dr Victor Benno Meyer-Rochow a pris des photographies de manchots en train de déféquer, l’exercice laissant après des stries de couleurs variées sur leur nid.

En se basant sur la mesure de la longueur des stries, la hauteur du nid par rapport au sol ainsi que l’ouverture du cloaque (le trou par lequel passe le projectile), Meyer-Rochow et son collègue ont essayé de calculer la force requise pour éjecter des fèces sur une distance de 30 à 40 cm.

Ils ont calculé que ces manchots exercent alors une pression allant de 10 à 60 kilopascals lors d’une défécation. Cependant, leur étude ne tenait apparemment pas compte de la trajectoire des projectiles de caca et s’était juste focalisée sur une trajectoire horizontale.

Une nouvelle étude sur les projectiles fécaux des manchots

Hiroyuki Tajima et Fumia Fujisawa, deux chercheurs japonais, se sont de nouveau attaqués à l’insolite phénomène. Ils ont ainsi démontré que la trajectoire des fèces n’est pas toujours horizontale, surtout si le nid des manchots est situé à une certaine hauteur, ou si l’animal s’y prend du haut d’un rocher.

En outre, en se servant des équations de Newton, ils ont pu déterminer que la distance de propulsion maximale parcourue par le caca est de 1,34 mètre ou 4,39 pieds. Ils ont également affirmé que la pression rectale nécessaire pour atteindre cette distance est un poil plus élevée par rapport à la valeur initialement estimée.

Maintenant, les gardiens d’aquariums pourront éviter de se faire bombarder par ces animaux grâce à ces études.

Mots-clés animauxinsolite