Ces produits chimiques rendraient les enfants américains moins intelligents, disent les chercheurs

Selon une récente recherche, l’exposition des enfants américains aux pesticides et aux retardateurs de flamme poserait un problème de taille pour le développement optimal de leurs cerveaux et donc de leur intelligence.

Un chercheur en santé publique a ainsi qualifié ces produits chimiques de toxiques pour le développement cérébral, d’autant que les dégâts qu’ils causent sont irréversibles. D’ailleurs, ces produits seraient même plus nocifs que le plomb et le mercure.

Crédits Pixabay

En effet, selon les résultats d’une étude qui a été réalisée chez des enfants américains, entre 2001 et 2016, 162 millions de points de QI auraient été perdus à cause de l’effet de ces produits chimiques sur leurs organismes.

Ce qui les place à un niveau de nocivité bien supérieur à ceux des métaux lourds.

Des produits très dangereux pour la santé des enfants

Les résultats de cette étude comparative entre les impacts du plomb, du mercure, des pesticides et des retardateurs de flamme, ont été publiés le 7 janvier dernier dans la revue Molecular and Cellular Endocrinology. Une étude qui a pour but de connaître les effets de chaque produit chimique sur le cerveau d’un enfant.

Leo Trasande, pédiatre et chercheur en santé publique à l’Université de New York qui a coécrit le document de recherche, insiste sur le danger que constituent ces produits chimiques. Il précise notamment qu’il est impossible de renverser la situation une fois qu’un enfant est exposé à l’un de ces produits chimiques.

Des gestes simples pour remédier à ces expositions nocives

Selon les chercheurs, l’exposition aux éthers diphényliques polybromés (les fameux retardateurs de flammes) et aux pesticides a fait passer le taux de perte de QI chez l’enfant de 67 % à 81 %, entre 2001 et 2016.

Seulement l’année dernière, les pesticides ont fait perdre 27 millions de points de QI aux enfants américains, contre 78 millions de points au cours de 15 années pour le plomb.

Faire en sorte que les enfants soient le moins exposés à ces éléments nocifs est donc crucial. Pour ce faire, des gestes simples de précaution comme le fait de bien aérer la maison, passer régulièrement l’aspirateur ou faire usage d’un humidificateur pour le sol peuvent aider à éliminer ces produits chimiques.

Il est aussi recommandé d’éviter les matelas et les jouets destinés aux enfants qui contiennent de la mousse de polyuréthane, car ces derniers contiennent des éthers diphényliques polybromés.

Mots-clés santé