Ces scientifiques ont découvert un nouvel antibiotique capable de nous aider à lutter contre l’antibiorésistance

Un des problèmes majeurs auxquels les médecins et les chercheurs ont actuellement à faire face est la recrudescence du phénomène d’antibiorésistance. Et c’est un phénomène qui tend à prendre de plus en plus d’ampleur face à la capacité d’évolution et d’adaptation des bactéries.

Une équipe de chercheurs dirigée par Kim Lewis, professeur émérite de biologie, a récemment trouvé un antibiotique qui s’avère être révolutionnaire dans le monde de la médecine. Pour le présenter brièvement, cet antibiotique est capable de faire face à certaines classes de bactéries très résistantes.

Crédits Pixabay

Cet antibiotique, baptisé la darobactine, a été découvert dans l’intestin d’un ver et produit par un microbe appelé Photorhabdus. Notons qu’il a fallu deux bonnes années à cette équipe de chercheurs afin de pouvoir bien le cerner. Et ce qui est très intéressant, c’est sa capacité à éliminer les bactéries Gram négatif (Gram -), parmi les plus coriaces et contre quoi les chercheurs sont souvent impuissants.

La darobactine : Une découverte vraiment prometteuse

Cette découverte n’a pas manqué de faire parler d’elle. Elle a d’ailleurs fait l’objet d’un article dans la fameuse revue Nature. Et selon l’équipe qui a travaillé sur le sujet, la darobactine promet d’être un outil efficace, mais également crucial pour lutter contre les infections dues aux bactéries, qui sont quand même à l’origine de 700 000 décès chaque année.

Le professeur Kim Lewis a insisté sur l’urgence de « trouver de nouvelles substances » capables de tenir en échec les microbes résistants aux antibiotiques, car justement, la médecine est actuellement « à court d’antibiotiques » capables de relever ce défi.

Une molécule très efficace et non toxique

En parlant de l’efficacité de la darobactine sur les bactéries à Gram négatif, on peut citer le Salmonnella sp ou l’Escherichia coli. De nombreux antibiotiques actuellement utilisés sont impuissants face à leur membrane externe. Cependant, la darobactine ne présente pas de problème face à cette membrane.

En effet, cette membrane agit en quelque sorte comme un bouclier pour les bactéries Gram -, ce qui rend la plupart des antibiotiques inopérants face à elle. Mais ce n’est pas le cas de la darobactine qui est capable de se lier aux protéines de la membrane et finit par tuer la bactérie.

C’est d’ailleurs ce que montrent les essais en laboratoire menés par l’équipe sur des souris. En outre, les scientifiques précisent que cette nouvelle substance ne présente pas de risques de toxicité pour l’homme.

Mots-clés médecine