Ces scientifiques ont montré qu’une espèce d’étoile de mer est capable de voir, sans yeux

Une équipe de chercheurs, dirigée par Lauren Sumner-Rooney, spécialiste en systèmes visuels inhabituels à l’University Museum of Natural History d’Oxford, a annoncé, aujourd’hui que les “ophiures” ou “étoiles cassantes” se servent bien de la vue au cours de leurs déplacements.

Ces scientifiques suggèrent, en effet, un mode de vision pas très courant chez l’ « Ophiocoma wendtii » ou ophiure, une espèce marine apparentée aux étoiles de mer, bien que ces animaux soient dépourvus d’yeux.

Crédits Pixabay

Les recherches ont été effectuées en collaboration avec les scientifiques du Museum für Naturkunde, de l’Université de Lund et du Georgia Institute of Technology et dont les résultats ont récemment été publiés dans la revue Current Biology.

Les ophiures n’éprouvent aucune difficulté à s’abriter face au danger

Les différentes expériences menées par Lauren Sumner-Rooney et son équipe dans l’étude de la vision chez les ophiures ont pu montrer que ces animaux « sont capables de voir ».

Par ailleurs, ces animaux n’ont jamais eu du mal à trouver de lieu leur permettant de s’abriter en cas de danger. On est donc bien, selon ces scientifiques, en présence d’une étoile de mer capable de vision, même sans avoir des yeux.

Par contre, les résultats obtenus en journée semblent ne pas être valables pour les recherches effectuées pendant la nuit. L’équipe de Lauren Sumner-Rooney suggère alors que le changement de couleur de l’Ophiocoma wendtii pourrait avoir un rôle à jouer dans la capacité de vision de l’animal.

Une corrélation entre la capacité à voir et le changement de couleur chez les ophiures

Pour mener à bien l’étude, les scientifiques ont reproduit des versions numériques des cellules d’Ophiocoma Wendtii. Les recherches ont donc été menées dans un premier temps en y introduisant les pigmentations diurnes sombres, puis sans pigmentation pour reproduire ce qui se passe la nuit.

Ainsi, pendant le jour (c’est-à-dire avec le pigment), la vue est possible grâce à la réduction de lumière parvenue à la partie responsable de la vision. Mais la nuit (en l’absence des pigments), « les lumières pourraient atteindre les capteurs sous un angle beaucoup plus large rendant la vision impossible ».

Ainsi, si l’hypothèse de la liaison entre la vision des ophiures et son changement de couleur (rouge foncé la journée et beige la nuit) a déjà été proposé par les chercheurs d’il y a une trentaine d’années, cette étude récente permettra de compléter les résultats précédemment obtenus, a déclaré Lauren Sumner-Rooney.

Mots-clés animaux