Mais au fait, c’est quoi un vaccin ARN messager ?

Saviez-vous que notre génome, qui n’est autre que l’ensemble des chromosomes et des gènes dans notre corps, sait comment fabriquer chacune des protéines dont nos cellules ont besoin pour exister et fonctionner correctement ? Ces « secrets de fabrication » sont toutefois conservés bien à l’abri à l’intérieur du noyau cellulaire.

A l’extérieur de ce noyau se trouvent des ribosomes, des complexes ribonucléoprotéiques, dont le rôle est de synthétiser les protéines en décodant l’information contenue dans l’ARN messager. Lorsqu’une cellule a besoin d’une protéine spécifique, le plan de fabrication de ce gène est photocopié par le noyau cellulaire, on dit alors que le gène est transcrit.

Crédits Pixabay

C’est cette copie que l’on appelle ARN messager. Ce dernier est ensuite exporté hors du noyau pour rejoindre les ribosomes qui vont alors synthétiser la protéine requise.

Avec le vaccin ARN messager, notre corps va apprendre à se défendre tout seul

Voyant cette procédure, les chercheurs eurent l’idée de s’en servir pour créer des vaccins. Il faut savoir que la vaccination repose en principe sur l’administration d’un agent infectieux atténué ou inactivé ou sur l’administration de certaines protéines.

Le but est d’amener le corps à émettre une réponse immunitaire contre le pathogène et à produire des cellules mémoires qui nous protégeront de toute infection ultérieure.

En d’autres termes, les vaccins à ARN messager vont permettre à nos cellules de trouver elles-mêmes la manière de se défendre. A noter que le vaccin ARN messager correspond au plan de fabrication d’une protéine du microbe ciblé mais qui ne risque pas de nous rendre malades. L’objectif reste ainsi d’entraîner notre organisme à lutter contre l’infection.

Un vaccin qui doit se conserver à une température extrêmement basse

La molécule est directement destinée aux ribosomes et ne passe pas par le noyau des cellules. Il n’y a ainsi aucun risque que cette molécule ne vienne interagir avec notre génome et encore moins l’altérer. Le vaccin ARN messager a ainsi pour avantage d’être plus facile et plus rapide à produire que les composants des vaccins classiques.

Néanmoins, les vaccins ARN messagers présentent plusieurs vulnérabilités. En effet, l’ARN messager est très instable et fragile, il se détruit ainsi très rapidement. Cette fragilité impose de conserver les préparations vaccinales à une température extrêmement basse. Néanmoins, selon l’Inserm, les informations disponibles à ce jour sur le vaccin ARN messager « sont rassurantes, voire enthousiasmantes ».