Cet astéroïde bizarre se comporte comme une comète … et a même une queue

La planète Jupiter dispose sur son orbite d’une cohorte d’astéroïdes qui la devancent de 60° ou se trouvent derrière elle, toujours à 60°, en des points spécifiques que les astrophysiciens appellent points de Lagrange L4 et L5. Ces astéroïdes sont appelés des astéroïdes troyens, une référence aux personnages de la guerre épique qui opposa les Grecs aux Troyens dans l’Iliade.

L’un d’entre eux, LD2 2019, est assez particulier. Selon les informations venant d’une équipe d’astronomes issue de l’Université d’Hawaï et de l’Université Queen’s de Belfast (Royaume-Uni), cet astéroïde bizarre a des caractéristiques propres à ceux d’une comète. En effet, LD2 2019 présente une queue, ce qui est tout bonnement exceptionnel.

comete

Crédits Pixabay

Cette singularité a été confirmée par le Dr James « J.D. » Armstrong et Sidney Moss, des astronomes de l’Université d’Hawaï, grâce à des observations effectuées depuis le LCOGT (Las Cumbres Observatory Global Telescope Network), en Californie, le 11 et le 13 juin 2019.

Et en juillet 2019, de nouvelles images récoltées grâce au système ATLAS (Hawaï) montrent clairement que LD2 2019 a une queue constituée de traînées de gaz, à l’instar d’une comète.

Face à la particularité de LD2 2019, différentes hypothèses sont avancées

Comme l’indique le professeur Alan Fitzsimmons, astronome de l’Université Queen’s de Belfast, et son équipe dans SciNews, les astéroïdes troyens de Jupiter auraient dû être capturés depuis des milliards d’années. De ce fait, la vaporisation de la glace à leur surface était supposée se faire depuis un bon bout de temps.

La première hypothèse que les astronomes avancent pour expliquer le cas de LD2 2019, c’est donc que Jupiter l’aurait capturé récemment. Jupiter aurait ainsi pu le capturer depuis une orbite un peu plus lointaine, où la glace de surface de cet astéroïde serait restée intacte.

Une deuxième explication de ce phénomène serait une collision de LD2 2019 avec un autre corps céleste, qui a fait que ce dernier soit devenu un astéroïde troyen de Jupiter, mais surtout a exposé la glace présente sous les couches de roches.

À lire aussi : On en sait peut-être un peu plus sur l’événement de Toungouska

En avril, l’étonnant LD2 2019 a de nouveau pointé le bout de son nez

Fin 2019, LD2 2019 est passé derrière le Soleil, ce qui a rendu son observation depuis la Terre impossible. Mais le mois dernier, cet astéroïde très particulier a de nouveau été observé par le système ATLAS. Les astronomes ont alors remarqué que LD2 2019 disposait toujours d’une queue.

Ainsi, depuis presque un an, LD2 2019 était en permanence actif, ce qui est impressionnant. Selon le professeur Fitzsimmons, LD2 2019 est la preuve que les astéroïdes troyens peuvent renfermer de la glace en quantité impressionnante, sous leurs couches de roches.

Comme quoi, l’espace et les objets qu’il contient aura toujours quelque chose à nous apprendre.