Cet exosquelette permet aux personnes paralysées de marcher à nouveau

Bientôt, les personnes atteintes de tétraplégie vont pouvoir retrouver leur autonomie grâce à l’évolution de la technologie. C’est en tout cas ce qu’ambitionnent des chercheurs de l’Université de Grenoble Alpes en France. Ces derniers ont développé un exosquelette qui permet aux personnes entièrement paralysées de marcher et bouger toutes seules.

L’exosquelette présente la particularité d’être commandé et contrôlé par le cerveau, via des capteurs implantés sur le patient. Alim-Louis Benabid, neurochirurgien et coauteur des travaux, a présenté l’équipement comme le tout « premier système cerveau-ordinateur semi-invasif sans fil conçu pour activer les quatre membres. »

Un fauteuil roulant vide

Crédits Pixabay

L’exosquelette a déjà été testé et l’expérience a été un véritable succès selon Thibault, un des tout premiers patients qui a pu l’essayer. En effet, cet homme de 30 ans, totalement paralysé, a pu marcher et bouger librement ses membres.

En revanche, pour que le robot fonctionne, il a fallu implanter des disques de 5 cm sur les deux côtés de son crâne, entre le cerveau et la peau. Équipés de capteurs, ce sont ces disques qui permettent à Thibault de contrôler l’exosquelette avec son cerveau.

Un petit pas pour l’homme, une grande avancée pour la technologie

Dans une vidéo partagée le 4 octobre dernier sur YouTube, on peut voir Thibault tester la technologie avec succès. Si ses mouvements restent encore très hésitants, il est tout de même encourageant de constater que l’exosquelette semble parfaitement répondre aux ordres émis par le cerveau de son porteur.

En tout cas pour Thibault, vivre cette expérience était un peu comme marcher sur la Lune. En effet, le fait de ne pas pouvoir marcher pendant deux ans était douloureux, aussi bien mentalement que physiquement. L’utilisation de l’exosquelette a ravivé l’espoir chez le jeune homme.

Un exosquelette prometteur, mais qui doit encore être optimisé

Même si l’expérience a été fructueuse, l’exosquelette est encore loin d’être parfait. En effet, le test a déjà été effectué sur une autre personne que Thibault, mais suite à un problème technique, les chercheurs ont été contraints de suspendre l’expérience.

Par ailleurs, l’exosquelette est encore un prototype et les scientifiques qui l’ont développé ne peuvent donc pas l’utiliser sur d’autres patients. Avant de le commercialiser, le prochain objectif des chercheurs est de rendre l’équipement auto-équilibré, c’est-à-dire capable d’offrir une plus grande stabilité, mais aussi d’accroître sa vitesse.

 

Mots-clés robotique