Cet hibou géant chassait … d’autres hiboux, il y a 40 000 ans avant nous

Habituellement, un prédateur ne chasse pas ses congénères, sauf pour peut-être pour protéger son territoire. Mais ce n’est apparemment pas le cas de ce gigantesque hibou qui vivait en Équateur vers le début de l’ère quaternaire.

Des paléontologues viennent, en effet, de découvrir ce qu’on pourrait considérer comme étant la preuve qu’autrefois, un hibou géant, l’Asio ecuadoriensis se nourrissait d’autres hiboux de plus petite taille.

Photo Erik Karits. Crédits Pixabay

Cette hypothèse a vu le jour grâce à une étude effectuée sur des restes de hiboux retrouvés dans un terrier situé à Chimborazo en Équateur, dont les résultats ont été récemment publiés dans le Journal of Ornithology.

La première preuve fossile de hiboux tués par un autre hibou

Selon les chercheurs : « Si elle est correctement interprétée, la présente contribution peut constituer la première preuve fossile » de hiboux tués par leurs congénères.

Ils précisent que : « Les restes fossiles de hiboux des espèces Tyto fircata, Athene cunicularia et Glaucidium sp montrent des bris et des abrasions typiques dues à l’acide gastrique des hiboux ».

Ce qui indique que l’Asio ecuadoriensis chassait également d’autres hiboux, outre les oiseaux, les lapins et autres petits mammifères dont les restes ont été également retrouvés dans ce terrier que l’oiseau a décidé d’occuper . Ainsi, « Asio ecuadoriensis est probablement un prédateur spécialisé dans les hiboux » précisent-ils.

D’ailleurs, les paléontologues suggèrent que le terrier fut probablement le repaire du gros rapace. Ce qui laisse croire que les restes osseux qui s’y trouvaient étaient bel et bien ceux de ses proies.

Un hibou prédateur de plus de 70 centimètres de haut

Suite aux analyses effectuées sur les ossements, l’Asio ecuadoriensis est le plus grand des hiboux ayant existé jusqu’aujourd’hui. En fait, l’oiseau mesurait environ 2,3 pieds (soit dans les 70 centimètres) pour une envergure allant jusqu’à 4,9 pieds (soit environ 150 centimètres).

Les chercheurs en concluent que ce hibou géant dévorait trois autres espèces de “petits” hiboux dont le Glaucidium sp, le Tyto furcata et l’Athene cunicularia, cités auparavant.

Selon le Docteur Frederico Agnolin, paléontologue au Museo Argentino de Ciencias, ce volatile géant a malheureusement disparu il y a 40.000 ans (Pléistocène) des suites du changement climatique de l’époque.

Asio ecuadorensis

Reconstruction de l’Asio ecuadorensis. Crédits Sebastián Rozadilla.