Cet homme a construit un abri anti-atomique de 900 mètres carrés avec d’anciens bus

Très prévoyant, Bruce Beach est désormais prêt en cas d’attaque nucléaire. Ce Canadien de 83 ans est particulièrement fier de son abri anti-atomique qui s’étend sur 900 mètres carrés et qu’il a surnommé « Ark Two. »

Son bunker est constitué de 42 autobus scolaires qui sont entassés les uns à côté des autres.

Abri Bus

Cet homme qui se qualifie de « survivaliste » a affirmé que ce projet a débuté dans les années 80, en pleine période de guerre froide. Avec la course au nucléaire, il craignait que la fin du monde s’approche à grands pas. Le vieil homme est apparu sur Netflix dans un documentaire intitulé « Doomsday Preppers 2012. » Il y relate ses préparatifs et anticipe tous les scénarios les plus catastrophiques.

Selon ses constats, l’abri de Bruce Beach est certainement le plus important aux États-Unis et au Canada. Cela dit, il continue à peaufiner son abri en sollicitant l’aide de bénévoles.

Un chantier qui a commencé vers le début des années 80

Le Canadien a choisi Horning’s Mills pour établir son camp afin de se préparer aux attaques nucléaires ou à la fin du monde. Il y a rassemblé une quarantaine d’autobus usagés qu’il a enfouis sous du béton, sous terre. Selon lui, l’abri pouvait héberger 500 personnes qui pourront tenir durant trois semaines en cas d’attaque.

Ces quelques semaines s’avèrent nécessaires pour éviter les effets néfastes des radiations. Bruce a tout prévu puisque son refuge intègre deux cuisines, un réservoir de décontamination, une chapelle, un espace de vie.

Des équipements de communication y sont également disponibles tout comme une salle d’armes.

Les enfants d’abord

En cas de catastrophe, les enfants auront leurs places dans l’abri du vieux Canadien. Bruce a déclaré qu’ils sont l’avenir de l’humanité. L’homme a ainsi aménagé des espaces qui pourront accueillir 96 enfants. Ils seront toutefois répartis en deux équipes.

Même s’il privilégie les enfants, le survivaliste compte accueillir un maximum de personnes, sans tenir compte de leur culture, croyance ou religion. Cet homme courageux n’est pas vénal et prône la paix.

Nous ne pouvons qu’admirer le courage de Bruce Beach mais espérons surtout que ses pires craintes ne se réaliseraient jamais et que les dirigeants politiques auront la sagesse nécessaire pour éviter le pire.

Mots-clés insolite