Cette batterie est censée se charger 10 fois plus vite que les modèles avec Lithium-ion

Les batteries lithium-ion équipent aujourd’hui la plupart des appareils mobiles. Cela pourrait changer à l’avenir avec un nouveau modèle se chargeant 10 fois plus vite.

Le fonctionnement des appareils mobiles repose sur les batteries rechargeables. Les modèles lithium-ion se trouvent dans presque tous les smartphones et les tablettes en circulation. Ils alimentent aussi les ordinateurs portables, les manettes de nos consoles, les écouteurs sans fil, etc. Les avantages de ce type d’accumulateur l’emportent sur les inconvénients. 

Crédits Pixabay

Toutefois, son utilisation comporte des risques. Les performances des batteries lithium-ion se dégradent avec le temps. Des défauts dans les cellules peuvent entraîner une surchauffe, augmentant les risques d’incendie. Cela peut arriver qu’une entreprise rappelle des milliers de produits déjà livrés aux consommateurs en raison d’une telle vulnérabilité.

Face à ces problèmes, des chercheurs russes travaillent sur une nouvelle technologie de batterie plus sûre avec des performances largement au-dessus des modèles lithium-ion.

Un polymère à propriétés redox

En Russie, une équipe de scientifiques a ainsi annoncé avoir développé un nouveau type de batterie. Le dispositif pourrait se recharger environ 10 fois plus rapidement que les accumulateurs lithium-ion actuels. « Une batterie fabriquée à partir de notre polymère se chargera en quelques secondes — environ 10 fois plus vite qu’une batterie lithium-ion actuelle. Une série d’expériences démontre cela », a expliqué Oleg Levin, professeur au département d’électrochimie de l’université de Saint-Pétersbourg. À noter qu’il est aussi à la tête l’équipe de recherche.

Cette batterie inédite est à base d’un polymère à propriétés redox avec une concentration de nitroxyle. En conséquence, le matériau supporte une oxydation réversible consistant à perdre des électrons. Celui-ci peut aussi subir une réduction soit un gain d’électrons pendant le processus de charge et de décharge.

Une batterie moins dangereuse et moins polluante

Par ailleurs, le polymère à propriétés redox utilisé est une forme synthétisée du complexe NiSalen (nickel-salen). Les chercheurs ont opté pour cette solution pour résoudre le problème de conductivité électrique.

 « Son utilisation est sûre. Il n’y a rien qui puisse présenter un risque de combustion, contrairement aux batteries lithium-ion qui sont largement répandues aujourd’hui. Notre batterie contient beaucoup moins de métaux susceptibles de nuire à l’environnement. Le nickel y est présent en petite quantité, beaucoup moins que dans les batteries lithium-ion », précise Levin dans leur papier paru dans la revue Batteries and Supercaps.

Mots-clés énergie