Cette entreprise veut recréer la Terre… en réalité virtuelle

L’entreprise néo-zélandaise Reality Virtual s’est lancé le défi de recréer la Terre en réalité virtuelle. En plus d’exiger beaucoup de ressources, la réalisation d’un tel projet peut prendre énormément de temps. Tout cela est loin de décourager les dirigeants de Reality Virtual qui ont décidé de faire appel à des contributeurs extérieurs pour leur fournir des images.

Dans un article publié le 12 mai 2020, le site Forbes a indiqué que ce projet avait obtenu le soutien d’Epic Games, le studio à l’origine du célèbre jeu Fortnite. Le plus étonnant, c’est que même Google a tenu à faire partie du projet.

D’après Forbes, Reality Virtual compte sur l’intelligence artificielle (IA) pour réaliser cette reproduction de la Terre en réalité virtuelle.

L’IA occupera une place importante

À elle seule, Reality Virtual ne pourra pas mener à bien ce projet. C’est pour cela que ses dirigeants ont voulu mettre en place un système de « collectes massives de photographies en open source venant des parties travaillant sur le terrain. »

Simon Che de Boer, directeur créatif au sein de Reality Virtual, a indiqué que l’IA occupera une place importante dans la réalisation de ce projet. Grâce à cette technologie, ils pourront « créer rapidement ces environnements successivement, sans les frais énormes que cela pourrait engendrer et la grande quantité de travail que cela implique. »

À lire aussi : Confinement oblige, les ingénieurs de Ford font appel à la réalité virtuelle

Reality Virtual est à pied d’œuvre

Actuellement, les équipes de Reality Virtual travaillent activement pour développer une IA qui sera capable d’automatiser la conversion des images en haute définition en maillage de polygones. Ce processus est également connu sous le nom de retopologie. Les polygones obtenus permettront d’obtenir des expériences en 3D.

Une fois que cette IA aura fait sa part, le nombre de personnes qui devra poursuivre le travail sera réduit par six. En dépit de cela, il restera encore beaucoup à faire. D’après Simon Che de Boer, les équipes de Reality Virtual pourraient être amenées à traiter « 24 milliards de points de détails. » En ce moment, elles seraient aussi en train de travailler sur la photogrammétrie, une technique qui permet de cartographier des zones géographiques à partir de photos aériennes.

Reality Virtual explore également la question des droits d’auteur pour les photos des contributeurs. Il reste à savoir, si ou quand, ce projet verra le jour.

À lire aussi : Corée du Sud, quand la réalité virtuelle réunit une mère et son enfant disparu