Cette étude risque de vous dégoûter du porno

Le Centre médical naval de San Diego a mené une étude poussée auprès de plusieurs centaines de personnes afin de déterminer l’impact réel du porno sur leur libido et leur vie intime. Les résultats obtenus par les chercheurs risquent de vous surprendre et ils pourraient même vous donner envie de changer vos habitudes. Drastiquement.

Pour mener à bien leur étude, les scientifiques ont commencé par réunir trois cents patients de sexe féminin et masculin.

Etude Porn

Ils leur ont ensuite demandé de répondre à deux questionnaires portant sur leurs habitudes en matière de pornographie et sur leur sexualité.

Trop de porno tue le désir

En compilant les résultats, les chercheurs ont réalisé que les hommes regardant régulièrement ces contenus avaient tendance à souffrir d’un manque de désir sexuel, un manque se traduisant le plus souvent par une dysfonction érectile.

Matthew Christman, l’un des auteurs de l’étude, n’a pas été totalement surpris par ces résultats. Pour lui, le sexe a un effet direct sur le système de récompense du cerveau, au même titre que les drogues les plus addictives comme la cocaïne ou les méthamphétamines.

Pour rappel, le système de récompense (ou système hédonique) fait référence à un système fonctionnel fondamental présent dans le cerveau de tous les mammifères le long du faisceau médian du télencéphale. Indispensable à la survie, il pousse l’animal à assurer ses besoins primaires et donc à rechercher de la nourriture, à éviter des dangers ou même à se mettre en quête d’un partenaire pour se reproduire.

Les scientifiques étudient depuis longtemps l’impact des drogues sur cette zone du cerveau et ils ont réalisé que l’alcool et les opioïdes agissaient directement dessus lorsqu’ils étaient ingérés ou injectés dans l’organisme. En conséquence, il joue un rôle extrêmement important dans la dépendance aux psychotropes.

La pornographie activerait donc elle aussi ce fameux système de récompense selon le chercheur et ce serait précisément pour cette raison que certaines personnes finissent par développer une véritable addiction à ses contenus.

La faute au système de récompense

En réalité, cette addiction serait d’autant plus dangereuse que ces contenus sont devenus extrêmement accessibles avec la démocratisation du web et de toutes les plateformes comme YouPorn et Pornhub.

Le chercheur n’hésite d’ailleurs pas à parler de niveau de tolérance, établissant par la même occasion un nouveau parallèle avec les drogues. D’après lui, regarder trop de porno augmenter la « tolérance » d’une personne au sexe et aux fantasmes. Elle aurait donc sans cesse besoin de nouveaux stimulus pour pouvoir continuer à éprouver du plaisir. Joseph Alukal, un chercheur de l’Université de New York, est lui aussi de cet avis et il pense ainsi que la pornographie a tendance à créer des attentes totalement irréalistes chez les individus les moins expérimentés.

Pas de doute, il est bien loin où les pages lingerie de La Redoute suffisaient à provoquer de doux frissons dans le bas du ventre.

Il faut tout de même signaler que ces effets concernent uniquement les hommes. Les chercheurs n’ont pas été en mesure d’expliquer pourquoi, mais les femmes seraient moins confrontées à ce genre de problèmes.