Cette femme a prévu le changement climatique en 1856

Même si on entend parler du réchauffement climatique comme un problème du XXIème siècle, ce phénomène a été en réalité prédit depuis plusieurs siècles. Une scientifique a d’ailleurs expliqué ce problème : l’Américaine Eunice Foote.

En effet, Eunice Foote a décrit l’effet du dioxyde de carbone dès 1856.

Photo d'une ville fortement polluée
Crédits Pixabay

Elle a expliqué comment le dioxyde de carbone pouvait absorber la chaleur et en quoi il est la force motrice du réchauffement climatique. Pour rappel, le dioxyde de carbone, ou CO2, est un gaz inodore, insipide et transparent qui se forme lorsque les gens brûlent certains combustibles, comme le charbon, le pétrole, l’essence et le bois.

Pour démontrer ce phénomène, la chercheuse américaine a mené une expérience simple.

A lire aussi : Un lien entre la pollution atmosphérique et la cécité ?

Les avertissements de cette scientifique n’ont pas eu l’effet escompté

Pour ce faire, elle a mis un thermomètre dans deux cylindres de verre. Puis, elle a pompé du dioxyde de carbone dans le premier cylindre et de l’air dans le second. Elle a ensuite déposé les deux cylindres au soleil.

Les résultats de cette expérience furent que le cylindre de verre contenant du CO2 est devenu beaucoup plus chaud que celui qui ne contenait que de l’air.

La chercheuse en a ainsi conclu que le dioxyde de carbone absorberait fortement la chaleur dans l’atmosphère. Face à cette forte absorption de chaleur du gaz carbonique, Foote en a conclu que « si l’air y avait mélangé une proportion de dioxyde de carbone plus élevée qu’à l’heure actuelle, il en résulterait une augmentation de la température ».

A lire aussi : La pollution de l’air fait 3 fois plus de victimes que le COVID-19 (mais on n’y pense pas toujours)

Tous les scientifiques qui ont suivi ont confirmé les dires de cette chercheuse

Plus tard, en 1861, le célèbre scientifique irlandais John Tyndall a observé le même phénomène d’absorption de la chaleur par le dioxyde de carbone. Il était surpris que quelque chose de si transparent puisse fortement absorber la lumière. D’après Fast Company, il a d’ailleurs fait plusieurs centaines d’expériences pour confirmer cette observation.

Tyndall a également extrapolé les effets que pourrait avoir le CO2 sur le climat affirmant que chaque variation de vapeur d’eau ou de CO2 peut produire un changement climatique. En 1937, l’ingénieur anglais Guy Callendar a documenté la corrélation entre la hausse des températures et celle du dioxyde de carbone. Selon lui, « par la combustion de carburant, l’homme a ajouté environ 150 000 millions de tonnes de dioxyde de carbone dans l’air au cours du dernier demi-siècle et les températures mondiales ont augmenté ».