Cette génération devrait assister à l’avènement de la première colonie martienne

Il existe de nombreuses raisons pour ne pas se contenter de la Terre. Les effets du réchauffement climatique menacent de nuire gravement à la biosphère. En outre, les ressources terrestres commencent à ne plus suffire pour l’assouvissement des besoins de l’humanité. Il est peut-être temps d’envisager d’autres alternatives permettant de relayer la vie.

Actuellement, des agences gouvernementales et des sociétés privées projettent de coloniser Mars.

Mars

Capture bande annonce « Seul sur Mars »

Lewis Dartnell, auteur et professeur de communication scientifique à l’Université de Westminster, pense que la génération actuelle pourrait assister à l’avènement de la première colonie martienne. « Dans les 100 prochaines années, il est tout à fait possible que nous ayons une colonie autosuffisante sur la Lune ou sur Mars », a-t-il affirmé.

L’expert estime que, jusqu’ici, Mars est le meilleur endroit pour accueillir une colonie humaine. « Il y a beaucoup plus de choses que sur la Lune », a-t-il souligné. En effet, le satellite est plus proche, mais beaucoup plus stérile.

Une promesse de nouvelles ressources en abondance

La NASA travaille actuellement sur les technologies nécessaires à l’implantation d’une colonie martienne. L’agence s’intéresse surtout à « l’utilisation des ressources in situ ». En effet, il serait largement plus économique d’utiliser les ressources sur place. Les régolithes martiens pourraient permettre de construire des objets. La glace située dans les sous-sols de la planète pourrait être extraite pour fabriquer de l’eau.

La microgravité pourrait permettre aux colons de construire des produits impossibles à fabriquer sur Terre. L’abondance de matière première et d’énergie solaire, ainsi que le nouvel espace, représente un atout considérable.

Par ailleurs, les ressources de la Lune ou de la planète rouge pourraient également servir à ravitailler la Terre, en électricité par exemple.

Les grandes sociétés, telles que SpaceX d’ Elon Musk et Blue Origin de Jeff Bezos, s’intéressent aussi à l’espace. Pour elles, l’exploration spatiale représente un investissement considérable. « Par exemple, l’exploitation des astéroïdes géocroiseurs pourrait produire des matériaux qui pourraient être ramenés sur Terre et vendus, faisant ainsi payer l’industrie spatiale et créer ses propres ressources », a expliqué M. Dartnell à Metro.co.uk.

L’humanité sera bientôt une espèce interplanétaire

Toutefois, pour que les astronautes puissent se lancer dans ce voyage lointain en toute sécurité, il faudra résoudre certains problèmes. Il y a notamment les risques que représentent l’apesanteur et l’exposition aux rayonnements cosmiques pour la santé.

En outre, certains chercheurs estiment que Mars sera un environnement plus hostile que le sommet de l’Everest ou le pôle Sud. Par exemple, pour le professeur Martin Rees, de Cambridge, il serait plus censé de faire face aux changements climatiques que d’envisager une immigration massive vers Mars.

D’autres études ont également montré que l’exploitation spatiale abusive pourrait être dangereuse.

En tout cas, l’humanité semble être déterminée à franchir le cap et devenir une espèce interplanétaire. La NASA, par exemple, dans le cadre de la mission Artemis, envisage d’implanter une présence permanente sur la planète rouge dans une décennie.

Mots-clés mars